Brèves du GT « Métaphores et cultures »

Préparation du 2e volume de Métaphores et cultures : compte tenu des délais de remise impératif pour les articles du 1er volume à paraître en septembre, certains ont préféré s’inscrire dans la perspective d’une suite sur 2012-2013, en particulier : Michel Dray, Vasundhara Filliozat, Antonio Lavieri, Kateri Lemmens, Victoria Llort-Llopart…

La journée d’études du 29 juin (voir rubrique spécifique) a été très bien suivie, ce qui a permis de finaliser le 1er ouvrage et d’ouvrir les perspectives pour le 2e volume (horizon 2014).

Séance du 16 mars 2012

La séance avait été confiée par Véronique Alexandre Journeau à l’un des co-pilotes de ce groupe de travai, Michel Dray, afin qu’il nous présente la démarche des sciences cognitives telle qu’elle peut se développer entre sciences et arts.

Christian Coiffier a choisi de parler de la métaphore de la moëlle et de l’écorce du rotin comme pensée de l’ordonnancement du monde, en l’occurrence la conception « iatmul ». Le palmier rotin, « kuvu », participe à une représentation de l’ontogenèse locale. Cette métaphore de la vie ici-bas et la vie dans l’au-delà est en rapport avec une longue série de dualités. On n’en dit pas plus ici car son article finalisé sera dans la publication à paraître en septembre.

Michel Dray prend la parole à son tour pour une vaste communication sur les fondements neurophysiologiques des processus métaphoriques. Pour lui, la métaphore est le produit des fonctions naturelles de transduction de la matière en informations sensorielles et cognitives : un système morpho-générateur propre à l’organisation biologique. C’est à partir d’artefacts que se produit la conscientisation, une conscience d’abord empirique puis avec analyse et synthèse. Il propose de donner une conférence au cours de l’année universitaire 2012-2013 et de faire son article plutôt pour le second volume.

Alexandre Coutté travaille sur le biofeedback dans l’art contemporain, fonctionnement qui s’adapte constamment en fonction de la rétroaction à partir des actes effectués. L’expérimentation permet de voir avec un dispositif qui mesure une variable physiologique comment le sujet module cette variable physiologique. Cela a été utilisé dans un certain nombre d’œuvres d’art. Il présente le champ de l’enaction, un couplage dynamique entre le sujet et l’environnement…On n’en dit pas plus ici car son article finalisé sera dans la publication à paraître en septembre.

A l’issue de cette séance, le sommaire de la publication est augmenté de ces articles ainsi que d’articles commandés pour rééquilibrer les disciplines et les cultures (Philippe Malhaire en musique et Bruno Deschênes en esthétique japonaise) et le programme pour la journée d’études qui doit donner la parole à des invités et à ceux des participants qui seront prêts à livrer leur article avant fin juin.

La journée d’études du 29 juin doit permettre de  compléter les communications acquises antérieurement et depuis le lancement de ce GT 2011-2012 afin de dresse un premier panorama de la problématique. Les travaux se poursuivront l’année prochaine en vue d’un deuxième volume.

Séance du 16 décembre 2011

Véronique Alexandre Journeau  a récapitulé dans un premier exposé de mise au point des objectifs et des acquis en indiquant que  les langages artistiques sont par nature métaphoriques mais qu’ils n’ont pas vraiment étudiés dans un positionnement en regard de celui traditionnel porté sur la métaphore dans le langage des mots alors qu’une clarification mutuelle du concept de métaphore pourrait être envisagée de ce point de vue et conduire à le refonder côté linguistique et littérature et à le discerner en arts.

Laurent Mattiussi a présenté un plan détaillé de l’article qu’il prépare et qui a pour titre « Entre terre et ciel, Proust et le double jeu de la métaphore ». Il explicite la raison d’être du titre, fait référence à François Jullien et à Spinoza, rappelle l’étymologie du terme (porter au-delà, transporter…) et fonde son propos sur le fait qu’il y a une théorie particulière de la métaphore chez Proust. On n’en dit pas plus ici car son article finalisé sera dans la publication à paraître en septembre.

Sylvie Coëllier a parle des « installations » (mode de sculpture contemporaine faisant participer le spectateur) et montre celle de Ai Weiwei (« Sunflowers seeds » dans le Hall de la Turbine en novembre 2010). De son point de vue, le terme de métaphore est très utilisé en peinture (c’est aisé pour des images) mais relativement peu dans d’autres arts. A partir de son installation à la Tate Modern de Londres où il a étalé 100 millions de graines de tournesol artificielles (porcelaine peinte à la main à Jingdezhen), elle montre qu’il utilise une forme qui a déjà une histoire dans l’art contemporain mais que la partie métaphorique est chinoise, politique, et que toutes ces graines que l’on piétine sont l’image du peuple chinois. Son article serait plutôt pour le second volume.

A l’issue de cette séance, les articles confirmés pour le premier volume sont : ceux résultant de communications préparées pour les panels « Metaphors and Chinese Culture » lors des conférences 2008 (Lund) et 2010 (Riga) de l’Association européenne d’études chinoises avec Frank Kraushaar (Riga), Olga Lomova (Praque) et Sergey Toroptsev (Moscou) sur les métaphores dans la poésie chinoise et Véronique Alexandre Journeau sur les métaphores dans les langages artistiques chinois; celui de Laurent Mattiussi et ceux proposés sur commande et pour la journée d’études de fin juin par Florence Lautel-Ribstein.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *