Brève du GT Notions esthétiques du 19 décembre 2014

La séance du vendredi 19 décembre a consisté en une présentation par Biliana Fouilhoux et Marie Laureillard de leurs recherches en cours sur la convergence entre la création calligraphique et la chorégraphie de la troupe de danse taiwanaise « Cloud Gate » (雲門 Yunmen).

Côté Biliana Fouilhoux, un article relatif à Cloud gate est accessible en ligne :

http://masterintercultura.dissgea.unipd.it/trickster/doku.php?id=malessere_identita:fouilhoux_dancer

Côté Marie Laureillard, un voyage à Taiwan avec interview de la calligraphe Tong Yang-tse est programmé en mai 2015 dans ce contexte.

Leur résumé :

En travaillant avec la troupe « Cloud Gate », Tong Yang-tse cherche à intégrer la calligraphie à la vie moderne. On parvient à identifier dans la chorégraphie de la trilogie Cursive le rythme de la calligraphie : l’attaque, le tracé et la terminaison d’un caractère. Il a été fait mention du rôle du « 气 qi« : Lin Hwai-min considère la calligraphie comme une trace d’énergie « qi » laissée par un maître lorsqu’il fait danser son pinceau. Les métaphores physiologiques liées à la calligraphie invitent à la rapprocher de la danse. Ici, dans cette « écriture du corps », trois éléments sont essentiels : le cercle, le mouvement et le « qi« , qui sont interdépendants les uns des autres.

Inspiré par la calligraphie chinoise classique (et contemporaine dans Wild Cursive, Lin Hwai-min évoque l’énergie des maîtres par l’écriture spatiale du geste dansé des danseurs de Cloud Gate. La création de la trilogie « Cursive » marque l’aboutissement d’un entrainement d’une dizaine d’année d’anciennes pratique corporelles chinoises telles que la méditation, le Chi Kung [Qi gong] et les arts martiaux locaux. Ces pratiques ont déjà servi de base de création des pièces Songs of the Wanderers (1994) et Moon Water (1998). La création de Cursive commence en 2001, inspirée de la calligraphie chinoise : « j’ai toujours été fasciné comment l’encre coule sur le papier de riz. Tendre et fluide, elle crée des ombres riches, du noir intense au blanc trouble. J’espère pouvoir transmettre les riches dynamiques des caractères dansants de la calligraphie et le pouvoir intense de l’espace vide du papier blanc ».

Quelques questions constructives ont été posées lors de l’atelier : quel est le degré d’imitation et de liberté dans la calligraphie ? Quelle est la marge d’improvisation chorégraphique ? Quel est le rapport entre individu et collectif ? Des remarques ont été faites sur le rôle de la méditation, absent dans l’art et la danse occidentales, ou sur l’importance du geste dans la calligraphie alors qu’en Occident l’accent est mis sur la touche, ainsi que sur l’élasticité du geste en Chine (qui contient toujours son opposé).

À paraître  :

Biliana Fouilhoux, Marie Laureillard, « L’écriture chorégraphique spiralée du Cloud Gate Dance Theater de Taiwan », dans La scène mondiale aujourd’hui, petit aperçu des formes théâtrales, Paris, L’Harmattan, collection « Théâtre », 2015.

Marie Laureillard, « Le renouveau de la calligraphie à Taiwan ou comment perpétuer un art millénaire : l’exemple de Tong Yang-tse », dans Li Xiaohong & Odile Roth (dir.), Calligraphie chinoise : théorie et application à l’enseignement, Paris : You-Feng, 2015.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *