Brèves du GT “Notions esthétiques” du 9 novembre 2012

Séance du 9 novembre 2012

Le thème de la séance avait été proposé par Gérard Dupuy (il avait distribué, à la séance précédent, une page sur le thème choisi « Traduire le caractère chinois 游/遊you », terme qui revient très souvent chez Xie Lingyun et n’est pas facile à bien traduire). Véronique Alexandre Journeau (VAJ), ayant déjà exploré les traductions de ce terme dans Qu Yuan, Les élégies de Chu, traduit du chinois, présenté et annoté par Rémi Mathieu, Paris, Gallimard, « Connaissance de l’Orient », 2004) avait invité Rémi Mathieu, qui prépare actuellement une Anthologie de la poésie chinoise pour la collection « La Pléiade », a commenté son repérage et nous a fait l’honneur de participer aux travaux.

Gérard Dupuy a fait un exposé fort intéressant qui rend justice à 謝靈運 Xie Lingyun (385-433), un poète relativement méconnu en Occident (sans doute parce qu’il n’est pas traduit et appartient à une période intermédiaire du point de vue de l’histoire dynastique (entre les Han et les Tang). En conclusion, pour traduire « 遊/游 you », il lui semble qu’il faille prendre en considération : « se déplacer sans intention », « au gré », « sans but particulier » et lever les connotations gênantes dans « voyager », « se déplacer », « circuler », « cheminer », « flâner », « errer », « vagabonder », « (di)-vaguer ».

Rémi Mathieu fait ensuite sa présentation, un excellent apport pour donner des assises à notre réflexion. Il propose tout d’abord une distinction initiale pour le terme « 遊/游 you » : sa présence dans un texte philosophique ou dans un texte poétique. Dans le premier cas, il apparaît comme un mot technique, avec un sens précis alors que dans le second, il aura une appréciation différente. Le terme est présent dans les textes fondateurs du taoïsme de la même période que l’ouvrage mentionné (楚辭 Chuci, Élégies de Chu) : le 莊子 Zhuangzi et le 列子Liezi (ouvrage qu’il vient de traduire : Lie Tseu, L’authentique classique de la parfaite vacuité, Entrelacs, 2012). Même une traduction excellente ne serait pas à placer dans tous les contextes. Dans le cas du Chuci, ce sont plusieurs textes d’auteurs différents d’époques différentes. D’autant plus que, s’agissant de poésie, il n’y a pas de rigueur d’emploi à observer et il faut faire attention au rythme ; il faut être fidèle à l’intention de l’auteur à la fois sur le plan physique et mental voire spirituel (« vaguer » convient en tant que flou de l’esprit qui n’est pas attaché à quelque chose de clairement défini).

La discussion est ouverte et quelques questions fusent sur certains termes et cela inspire bien des commentaires (à Muriel Détrie, co-pilote pour la littérature comparée de ce GT, Christian Coiffier, Biliana Fouilhoux, Marie Laureillard, David Lengyel, Lo Shih-Lung, Ly-Lan Magniaux, Jacline Moriceau et Aya Sekogushi) dans la seconde partie de la séance.

Rappelons qu’il est indispensable de donner les définitions et emplois de chaque terme qui sera étudié. Étant donné la multiplicité des approches (langages artistiques incluant poésie), recenser les occurrences, les traductions et les contextes est une étape fondamentale. Il ne s’agit pas de trouver le meilleur terme en traduction mais bien de montrer le sens en amont de toute traduction, celui qui, comme pour le Dao, ne peut être perçu qu’à travers la multiplicité de ses manifestations.

Lo Shih-Lung fait cette remarque a posteriori : « dans le chapitre 7 “Shu’er”(述而) de Lunyu, il y a cette expression : “游於藝“, traduire par Couvreur par “ayez pour délassements les [six] arts”

La prochaine séance, confiée à Biliana Fouilhoux et Aya Sekogushi, aura lieu le jeudi 14 février (16h00-18h00) à Lille en visioconférence avec le site parisien.

POUR MEMOIRE

De juillet à septembre 2012

Deux événements qui s’inscrivent dans la problématique du GT Notions esthétiques sont signalés dans le compte rendu détaillé (envoyé aux participants) :

–        Le 26 juin à la BnF (petit auditorium), une communication par moi-même (VAJ), où je présenterai la perspective ouverte par Gérard Dupuy, sous le titre : « Traduire la dualité corps-esprit de 游/遊 you discernée dans les langages artistiques » lors du colloque international « La traduction, un exercice d’interprétation » organisé par Annie Curien (FMSH) ;

–        Du 5 au 8 septembre à Paris, des communications de plusieurs de nos participants ayant formé panel, s’il est accepté pour la conférence de l’Association européenne d’études chinoises (co-organisée par l’université Paris 7, l’Inalco et la Bulac) : « Traduire, ne pas traduire ou comment transmettre une notion esthétique propre à un art ou une culture » sur des termes clés employés en esthétique [calligraphie (筋 jin, 骨 gu, 雪 xue, 肉 rou) par Pascale Elbaz, opéra chinois (眼神 yanshen) par Eléonore Martin, théâtre chinois (素 su) par Lo Shih-Lung et peinture contemporaine chinoise (虛無 xuwu) par Li Shiyan].

Séance du 6 avril 2012

Françoise Quillet a fait un long exposé qui ouvre la voie d’une recherche en esthétique comparée : mettre en rapport les théâtres occidentaux et asiatiques à partir des grands traités écrits dans chaque tradition : Poétique d’Aristote, le नाट्य शास्त्र Nâtyashâstra (traité encyclopédique de base de la danse et du théâtre indien) et les traités secrets de Zéami (世阿弥, 1363-1443). Cela va permettre de traiter certaines des notions esthétiques dont nous avons parlé : la catharsis, le rasa et le kan. A propos des rasas, rappelons qu’il y en a huit, basés sur huit sentiments principaux [voir l’article de Rosa Fernandez Gomez dans Le Surgissement créateur, L’Harmattan, coll. « L’univers esthétique », 2011].

Pascale Elbaz, dont le sujet de thèse est la traduction, l’annotation et le commentaire d’un chapitre sur la calligraphie d’un traité du XIXe siècle (Liu Xizai, 1863), a fait un exposé d’une communication en préparation pour la conférence de l’association européenne d’études chinoises (EACS) qui se réunit cette année à Paris (du 5 au 8 septembre).C’était un exposé de travail, avec une introduction rédigée et des notes de traduction illustrées, au cours duquel il était possible, voire conseillé, d’intervenir pour poser les questions utiles, préciser sur le champ ce qui devait l’être. L’ouvrage sur lequel porte son travail brasse toute l’histoire de la calligraphie chinoise et n’a jamais été traduit bien que cela soit un traité très important (d’où l’intérêt de ce travail).

Avant de clore la séance, Gérard Dupuy dont la thèse portait sur Xie Lingyun (poète chinois, 385-433) prépare une séance ultérieure et a distribué une page sur le thème choisi « Traduire le caractère chinois 游/遊you », terme qui revient très souvent chez Xie Lingyun et n’est pas facile à bien traduire. Gérard indique que les verbes en français abondent sans véritablement le satisfaire (nous satisfaire) : se déplacer, voyager, errer, vagabonder ; que les traducteurs britanniques et allemands lui paraissent plus chanceux avec « to wander », « to roam » ou « wandern ». Il prépare d’ailleurs un article à ce sujet et fera un exposé sur ce thème à l’automne 2012.

Comme pour les autres termes déjà à l’étude (cf. exposés de l’année 2011-2012), nous attendons des contributions de ceux qui se sentent inspirés par le thème en vue d’une publication future avec un chapitre par thème et, en parallèle, pour l’annexe, un lexique des définitions et des emplois de ces termes.

Séance du 20 janvier 2012

Véronique Alexandre Journeau a présenté les conditions de lancement de la problématique à partir de l’ impulsion donnée lors du congrès 2011 du Réseau Asie dans l’atelier Correspondances entre les arts et avec les lettres en Asie : la session de l’atelier était, dans la thématique « Créations artistiques et imaginaires », consacrée aux notions de vide et d’inachevé en regard de la perfection d’une œuvre, point de départ pour une réflexion sur les notions esthétiques (avec ce que cela comporte de terminologie et d’intraduisible).

Li Shiyan s’intéresse au vide nouménal et phénoménal et a  fait une belle présentation à partir de sa thèse : Contribution à l’étude de la pensée du vide dans l’art du XXe siècle : Occident-Chine. Elle a indiqué que le vide se construit ontologiquement ou physiquement et que son approche s’est faite à partir des pensées bouddhiste et taoïste telles qu’elles ont émergé en Orient puis en Occident : elle se situe aux frontières (« entre »). C’est à partir de quelques exemples extraits de sa thèse qu’elle montre comment la compréhension du terme pouvait être biaisée entre les deux cultures.

Christine Vial-Kayser a parlé du « Vide dans l’art d’Anish Kapoor : bouddhiste ou heideggérien ? ». Elle part des diverses influences qu’il a reçu par sa naissance et son environnement, familial puis éducatif. Par exemple, une des sources de Kapoor est le  tantrisme: il rattacherait ses œuvres au sublime (notion qu’il faudra alors expliciter dans sa définition et dans son emploi par Kapoor au-delà de la mention d’« idée d’une force dominante qui nous met en présence d’un abyme considéré comme l’image du néant).

En raison des discussions fort intéressantes engagées sur ces deux exposés, Françoise Quillet n’a eu que le temps d’aborder brièvement l’exposé qu’elle avait projeté pour notre groupe de travail.  Son exposé est reporté à la séance suivante.

A l’issue de cette séance, on dispose de plusieurs articles sur le vide présentés sous forme de communication qui seront finalisés au moment d’une publication : ceux de Li Shiyan et Christine Vial-kayser et ceux du congrès : « De l’acte créateur jamais achevé dans les œuvres artistiques sino-coréennes (poésie et peinture) – Une appréciation de la notion de shen 神 »par Philippe Thiébault (enseigne à Séoul) ; « L’“imparfait” en tant que voie d’accès à l’absolument invisible ou à l’au-delà de l’Être – Une métaphysique de l’éphémère ou du fugitif » par Akinobu Kuroda ; « Les notions de vide et d’inachevé en esthétique chinoise (musique, peinture et poésie) » par Véronique Alexandre Journeau ; « Regard sur le “vide” dans l’art chinois » par Jia Jinli (version de travail car Jinli, qui enseigne à Pékin, n’a pas pu terminer pour le congrès pour raison de santé de son bébé).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search