Brèves du GT « Notations musicales » du 11 octobre 2012

Séance du 11 octobre 2012

Violaine Anger fait le point de situation : la problématique porte sur le fait de représenter la musique. On s’intéresse au visible de l’audible, au geste, au mot. Le versant épistémologique est en trois pôles, il s’agit de comparer (pour analyser pourquoi et comment on rend visible de l’audible) : ce qu’est, par l’écriture, la musique ; l’écriture musicale dans son lien à l’image ; la notion de trace intelligible, de signe. Toutes ces questions ont pour appui non seulement les nouvelles découvertes mais aussi le multimedia. La notation est un outil nécessaire et chaque culture propose le sien « ici et maintenant » mais imparfait et les améliorations suivent par étape intrinsèquement ou par échanges entre cultures.

Wang Weiping fait le point sur l’avancement de sa thèse qui porte sur un moment clé d’apparition de notations musicales et de possible transmission entre cultures (Dunhuang et Tang)

Zhang Na présente de même le texte sur lequel elle travaille actuellement et ses avancées. Elle a également mis en œuvre la méthode préconisée qui consiste à transcrire, analyser et comparer.

Véronique Alexandre Journeau (VAJ) précise qu’il faut se poser la question de pourquoi, à un moment, on abandonne un système pour en proposer un autre. La circulation de notations, la façon dont les évolutions et adaptations témoignent des points faibles d’une notation mais le fait qu’il y ait aussi souvent doublage de l’écriture qui montre que les qualités de cette même écriture sont absentes de la nouvelle sont les objets d’étude.

La quadrature de l’écriture musicale est qu’elle doit pouvoir refléter tous les aspects de la musique et toutes les musiques mais doit, d’un point de vue éducatif, pouvoir être enseignée au plus grand nombre. C’est sans doute une des raisons pour laquelle la notation chiffrée de JJ Rousseau a connu un grand succès en Chine au XXe siècle.

David Lengyel contribuera à la réflexion sous l’angle philosophie de l’art et Philippe Malhaire sur la façon dont les compositeurs contemporains se posent la question de l’écriture (puisqu’ils remettent en cause celle en vigueur depuis quelques siècles).

La prochaine séance aura lieu en janvier.

 

POUR MEMOIRE

Ce groupe de travail était un groupe technique restreint (fermé avec Violaine Anger et VAJ encadrant les recherches de deux doctorantes) en 2011-2012 pour préparer son ouverture plus large en 2012-2013.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *