L’esthétique d’Aristote par Mary-Anne Zagdoun

La théorie aristotélicienne de l’art ne cesse d’inspirer philosophes et plasticiens. Au cœur de cette pensée en mouvement, la peinture macédonienne occupe une place essentielle : décors pariétaux, tombes peintes, fresques domestiques… Un domaine dont la connaissance s’est enrichie grâce aux récentes découvertes archéologiques, et que Mary-Anne Zagdoun confronte aux écrits du célèbre disciple de Platon.

Pour Aristote, l’action  et le caractère propres à la tragédie occupent des places similaires au dessin et à la couleur en peinture. Nécessaire et vraisemblable, mimésis, catharsis de la pitié et de la crainte sont pour le public grec à l’origine d’émotions fondatrices inscrites au cœur de la vie sociale. Pour l’auteur de la Poétique, les arts mimétiques jouent un rôle dans l’éducation des jeunes, fournissent des loisirs aux gens d’âge et servent à l’édification morale des individus. Pour la première fois dans l’histoire de la Cité, l’art peut se goûter chez soi et fait concorder activité philosophique et émotion artistique…

Une étude ambitieuse qui renouvelle en profondeur notre connaissance d’Aristote.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *