Brèves du GT « Audiovisuel » du 14 décembre 2012

Le GT Audiovisuel du vendredi 14 décembre a permis d’aborder différentes questions techniques pour finaliser les productions audiovisuelles présentées dans le cadre du GT audiovisuel depuis 2011-2012. La problématique du GT du 4 décembre portait sur le geste artistique en danse. L’objectif des GT en audiovisuels est de réaliser un DVD contenant 6 documentaires de 15 minutes environ chacun mais aussi que les participants puissent varier les productions à partir d’un même tournage avec des clips ou des extraits adaptés selon les besoins de chacun.

Pour cette séance, le logiciel de montage était sur l’ordinateur afin de montrer les possibilités de traitement (comment agir directement sur l’ordinateur pour présenter au mieux des captations audio-visuelles) et les moyens à mettre en œuvre pour passer d’une simple vidéo à un produit scientifique (enrichir, documenter, la vidéo). Il y a eu deux présentations de captation, l’une par Vasundhara Filliozat sur un spectacle d’une danseuse de Bharata-Natyam et l’autre par Biliana Fouilhoux sur une danseuse de Bali et l’improvisation en danse contemporaine que cela lui a inspiré.

La prochaine séance aura lieu en mars ou avril (selon l’organisation des autres GT). Cela sera annoncé prochainement.

POUR MEMOIRE

Les exposés « partage d’expérience et écriture en cours » faits en 2011-2012 furent :

Séance du 8 juin 2012

Le thème de la séance est d’aider à élaborer le scénario du documentaire qu’on veut réaliser, en particulier quand il y a des contraintes d’utilisation d’images déjà réalisées par un producteur ou quand on travaille sur un passé pour lequel on ne dispose que de documents figés (photographies, dessins, textes), une des solutions étant de réaliser des interviews avec des personnalités proches du sujet traité.

David Lengyel travaille sur le cinéma de Béla Tarr, trop peu connu.  Il explique que son angle d’attaque ici est que Béla Tarr se bat pour nier toute métaphoricité de ses images mais que lui-même en voit et son objectif est de faire comprendre, sous l’image, quelque chose qui n’est pas visible. Sa présentation d’un extrait est tout à fait convaincante.

Lo Shih-Lung dispose de documents iconographiques et a réalisé des tableaux synthétiques [Un tableau descriptif des spectacles chinois sur la scène française (1851-1849) et une liste des spectacles au sujet chinois sur la scène française (1789-1914)] qui donnent une idée claire de la richesse et de l’originalité du contenu et des potentialités de réalisation.

Momoko Seto et Elisabeth de Pablo interviennent pour préciser les choses en ce qui concerne les droits et sur les possibilités d’aide auprès  de CNRS images et de lien avec des producteurs.

Véronique Alexandre Journeau indique que, globalement, les travaux audiovisuels de l’année 2011-2012 montrent qu’un axe possible pour la présentation d’ensemble (un DVD) est la puissance de l’art comme contre-pouvoir dans nos sociétés ou comme facteur d’intégration progressive d’entités en marge du milieu de réception. Chacun des intervenants pourra être aidé pour la réalisation de son documentaire dans le cadre du GT.

Séance du 17 février 2012

Trois exposés dont les sujets prévus et les pays étudiés différaient nettement mais dont la cohérence globale reposait sur le fait qu’il s’agissait dans les trois cas de questions existentielles pour des groupes en position mineure qui avaient pu prendre leur essor parce qu’ils étaient menés par une personnalité remarquable:  les intouchables Dalits en Inde ; une troupe d’« opéra » Yuju de Chine continentale, province du Henan, installée à Taïwan ; une troupe de danseurs et musiciens de Corée du nord installée au Japon.

Les trois intervenants avaient abordé la problématique de traitement de leur matériau audiovisuel selon des angles d’approches différents, ce qui contribuait également à l’intérêt de l’ensemble de la séance : Nicolas Jaoul avait des documentaires prêts à diffuser, Eléonore Martin disposait de filages bruts assez longs qu’elle s’efforçait de ramener chacun à environ dix minutes et dont elle préparait le découpage en séquences alors qu’Ae-Ran JEONG disposait au contraire d’un très grand nombre de petites séquences qu’il lui fallait à présent structurer en enchaînement cohérent d’environ dix à quinze minutes chacun. Toutes deux s’interrogeait également sur la façon de sous-titrer. Pour tous, l’opportunité de filmer s’était présentée sur leur terrain de recherche et ils l’avaient saisie sans avoir pu bénéficier de formation préalable : d’abord aide-mémoire pour eux, ce matériau a une valeur documentaire et il valorise leur recherche car, en raison de leur travail de thèse, ils concevaient spontanément son contenu. Chacun a improvisé oralement une explication pour les autres participants du contexte particulier qu’est son terrain de recherche.

Séance du 18 novembre 2011

introduction sur la problématique du GT avec des exposés de Véronique Alexandre Journeau sur sa production audiovisuelle dans le cadre de l’AIDIAA (Association internationale de dialogues artistiques), de Momoko Seto sur la collection « Paroles d’Asie » (Réseau Asie) et Elisabeth de Pablo sur les AAR (Archives audiovisuelles de la recherche).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search