Parution de quatre ouvrages (Chine)

De la poésie en traduction (Marie Laureillard) à la problématique de la traduction entre chinois et français (Annie Curien, dir.) mais aussi des immersions dans la montagne en Chine ancienne (Gérard Dupuy) et dans un manuscrit trouvé à Dunhuang, L’Hymnaire manichéen chinois Xiabuzan 下部讚 (Lucie Rault)… Ce sont de beaux parcours initiatiques qui nous sont proposés dans la livraison d’automne (été pour l’ouvrage collectif) !

Je te l’ai déjà dit

Poésies traduites du chinois (Taïwan) et présentées par Marie Laureillard

Si Chen Yuhong est apparue relativement récemment sur la scène poétique taïwanaise – peu avant l’an 2000 –, elle n’y est pas passée inaperçue, créant un univers très personnel marquant les esprits par une profusion d’images frappantes et raffinées. Inspirée par de nombreux modèles, de Sapphô à Louise Glück, de Li Qingzhao à Marina Tsvétaïéva, elle pose un regard de peintre et de mélomane sur le monde qui l’entoure, avec lequel elle entretient un rapport immédiat et sensoriel. S’appuyant sur de riches connaissances en matière de flore, de faune, de climat, d’astronomie, elle célèbre inlassablement la mer, la nature et le cosmos dans une poésie délibérément apolitique, profondément lyrique, à l’atmosphère douce-amère. Voyageuse à l’esprit cosmopolite, Chen Yuhong nous entraîne aux confins de la Chine, fascinée par la spiritualité des bouddhistes tibétains ou par les sonorités apaisantes du pentacorde ouïghour, ou bien au Japon pleurer les victimes du tsunami de Fukushima en 2011, ou encore dans un pays insolite, sans ombre, évoquant un au-delà peuplé de fantômes ou d’immortels. Cet univers foisonnant où la nostalgie est « plus longue que la route que la saison des pluies que la pensée du serpent que le regard du chat plus longue que les cheveux emmêlés du figuier pleureur » abonde en métaphores. Chen Yuhong s’imagine bondir vers une autre galaxie au temps où le soleil rétrécira en un nain blanc, ou bien rêve parfois, tout simplement, de fuir hors des sensations, hors du temps, hors des mots, dans un état qui ressemble fort à l’Éveil bouddhique.

Éditions Circé (Novembre 2018, 128 pages, 12 euros)

Voir : http://www.editions-circe.fr/livre-Je_te_l_ai_d%C3%A9j%C3%A0_dit-584-1-1-0-1.html

 

Monter haut, regarder loin – La montagne en Chine ancienne

Gérard Dupuy

À partir des inépuisables sources écrites chinoises, l’auteur retrace une histoire des représentations de la montagne en Chine ancienne, sur une période allant du commencement / déploiement du monde au Ve siècle de notre ère, période où naît le sentiment de paysage en Chine du sud. Mythique, magique, mentale, physique, la montagne a suscité toute une gamme de sensations et de relations allant de la crainte au respect, puis à l’admiration dans une relation dense, presque passionnée, qui se prolonge jusqu’à nos jours.

Avec une préfacé de Rémi Mathieu et un cahier central de huit pages de peintures de paysage.

Éditions i (Novembre 2018, 188 pages, 22 euros)

L’Hymnaire manichéen chinois Xiabuzan 下部讚 à l’usage des Auditeurs

Un manuscrit trouvé à Dunhuang, traduit, commenté et annoté par Lucie Rault

L’Hymnaire manichéen chinois offre un ensemble de 25 hymnes destinées à la pratique de la religion manichéenne par la Section des Auditeurs. Mis au jour à Dunhuang (actuel Gansu) au début du 20e siècle, après être resté enfoui dans une cache pendant quelque douze siècles, ce rouleau écrit en langue chinoise, comprend plusieurs hymnes transcrites de diverses langues courantes en Asie centrale à l’époque de sa rédaction. Cette traduction apporte une vision nouvelle de la Religion de Lumière, telle qu’elle se vit adoptée par les Chinois, ainsi que de l’ampleur du message du prophète iranien Mani (216-276), aspirant à une portée universelle et destiné à relier entre eux les hommes de tous horizons de par le monde, quelle que soit leur origine, leur langue ou leur histoire.

Brill, Series: Nag Hammadi and Manichaean Studies, Vol. 94 (Octobre 2018, 483 pages, 135 euros)

Voir :

https://brill.com/abstract/title/38196
http://www.brill.com/products/books/brill-mybook
http://www.brill.com/

Traduire entre les langues chinoise et française

Un exercice d’interprétation sous la direction d’Annie Curien

L’ouvrage étudie ce qui est en jeu dans l’exercice de traduction, principalement du chinois vers le français, mais également, dans une moindre mesure, du français vers le chinois. Le domaine est avant tout celui de la traduction d’œuvres littéraires contemporaines écrites en langue chinoise, mais la traduction d’oeuvres françaises en chinois est aussi envisagée. Les contributeurs sont des chercheurs, universitaires et traducteurs spécialistes, dans leur majeure partie, de la période contemporaine. Les modes d’expression linguistique et culturelle diffèrent sensiblement entre les langues chinoise et française. Que vont prendre en compte les traducteurs de littérature contemporaine en langue chinoise dans leur travail, pour faire passer une œuvre de la langue chinoise à la langue française ? Quelle langue, quelle syntaxe, quelles images choisissent-ils de privilégier ? Quelles sont les possibilités, les difficultés ? Ces questions traversent aussi la réflexion des chercheurs et traducteurs dans le domaine des sciences sociales et humaines. Leurs travaux entraînent dans la longue durée. Quelles données de la culture chinoise doivent-ils mobiliser dans leur traduction en langue française ? Dans le sens inverse, quels éclairages apportent-ils aux concepts occidentaux lorsqu’ils traduisent des oeuvres académiques françaises en langue chinoise ? Dans le passage d’une langue à l’autre, porté par la traduction des oeuvres, comment des acteurs majeurs du voyage interculturel, que sont les bibliothécaires, les libraires ou encore les enseignements du secondaire, participent-ils à la connaissance et à la mise en valeur d’un champ toujours situé dans un entre-deux, un champ à déchiffrer autant qu’à interpréter au sens presque musical du terme. L’un des enjeux de l’ouvrage est ainsi, outre l’approfondissement de la recherche sur le sujet, de sensibiliser les lecteurs spécialistes de diverses disciplines et amateurs de littérature, le public curieux de la diversité de la pensée, autant que les élèves qui se forment au plurilinguisme, du processus dynamique et inventif qui est à l’oeuvre dans le travail de traduction.

Avec, notamment, des articles de :

Véronique Alexandre Journeau : « Traduire la dualité corps-esprit de 游/遊 you discernée dans les langages artistiques »

Marie Laureillard : « Chen Li, un poète taïwanais contemporain : traduction et identité multiculturelle ».

Éditions FMSH (Juillet 2018, 200 pages, 19 euros)

Voir : http://www.editions-msh.fr/livre/?GCOI=27351100562080


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.