La pensée musicale de Jean-Jacques Rousseau en Chine

La thèse de ZHANG Na vient de paraître (décembre 2018)

aux éditions L’Harmattan, Collection « L’univers esthétique » (ISBN : 976-2-343-15786-3) au prix de 31 euros (commande : octavie.udave@harmattan.fr).

4e de couverture et sommaire ci-après.

En Chine, la notation musicale dite jianpu, (notation simple) qui représente les sons musicaux par des chiffres indo-arabes est la plus utilisée, mais elle n’est pas chinoise à l’origine : elle vient d’Occident et plus précisément d’une pensée développée par Rousseau en 1742 qui n’a pas connu le succès à l’époque en Europe. L’ouvrage analyse cette méthode astucieuse et ce phénomène de sinisation. Dans un premier temps, on cherche à comprendre comment la notation chiffrée est adaptée en Chine à partir d’une comparaison avec la notation d’origine ; puis, à partir d’un panorama des diverses notations traditionnelles, l’on cherche à comprendre pourquoi cette ancienne notation a été adoptée en Chine qui n’en était pourtant pas dépourvue ; en dernier lieu, le contexte particulier du début du xxe siècle en Chine est examiné en raison du rôle important qu’il a joué dans l’accueil réservé à cette méthode. Bien que Rousseau soit particulièrement apprécié des penseurs chinois qui s’inspirent Du Contrat social à cette époque, on ignorait alors que la notation jianpu procède de la même pensée ‒ parce que ce n’est qu’après un long détour, par l’Amérique et le Japon, qu’elle a finalement trouvé son public en Chine. Cette affinité qui intrigue n’est cependant pas insolite au sens où Rousseau, réciproquement, appréciait l’écriture des Chinois, disant dans ses Écrits sur la musique que « c’est là véritablement peindre les sons et parler aux yeux ».

张娜 Zhang Na est Docteur en musicologie et professeur invité de l’université Jianghan (Chine), en charge de projets de recherche sur l’éducation musicale et la notation musicale. Ancienne élève du conservatoire de musique et de danse de Wuhan, elle joue et enseigne la cithare 筝 zheng. Elle pratique ainsi depuis l’enfance la danse traditionnelle et la calligraphie au pinceau. Sa recherche, par ses dimensions intellectuelle, éducative et socio-culturelle, contribue à un comparatisme éclairé sur la musique et l’écriture musicale entre la Chine et l’Occident.

Sommaire abrégé

Préface par Violaine Anger                   

INTRODUCTION

ÉMERGENCES DE LA NOTATION CHIFFRÉE

I – HISTOIRE DES NOTATIONS CHIFFRÉES
II – LA MÉTHODE DE ROUSSEAU
III – LA VERSION CHINOISE DE LA NOTATION CHIFFRÉE DE ROUSSEAU
CONCLUSION DE LA PREMIÈRE PARTIE

PANORAMA DES NOTATIONS MUSICALES CHINOISES

IV – NOTATION EN IMAGE
V – NOTATION EN ÉCRITURE CHINOISE
VI – NOTATION EN CARACTÈRES AD HOC
VII – SIMPLIFICATION, ACCULTURATION ET INTERNATIONALISATION
CONCLUSION DE LA DEUXIÈME PARTIE

MUTATION DE LA PENSÉE DE LA NOTATION MUSICALE EN CHINE AU XXe SIÈCLE

VIII – LE CONTEXTE DE L’ÉPOQUE
IX – LA MÉTHODE DE ROUSSEAU RÉPOND À UN BESOIN DE LA CHINE MODERNE
X – RÉFLEXIONS AUTOUR DE LA NOTATIONS MUSICALE
CONCLUSION GÉNÉRALE

ANNEXE

Index des noms propres 

Table des illustrations 

Références bibliographiques

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.