Séminaire Art et expérience du corps

Approche interarts et Asie/Occident « Penser l’esprit par le corps » avec un dialogue entre deux pensées du corps esprit avec Marceau Chenault (East Normal University, Shanghai) et Barbara Formis (Université Paris 1). Date : le 7 juin de 10h00 à 13h00 ; lieu : Lieu Bulac Salle Rj 23, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Barbara Formis (philosophe, Paris 1, co-fondatrice du Laboratoire du geste) : « Gestes pensants »

Marceau Chenault (anthropologue, East Normal University, Shanghai) : « L’expérience corporelle des paysages internes dans les arts gestuels chinois : conscience organique ou création soma-esthétique? »

Résumés

Barbara Formis

Un geste peut-il penser ? Comment pensons-nous aux mouvements corporels ? Pourrions-nous espérer mieux comprendre un problème par la pratique ? Si un geste pense, quelles sont les qualités et les formes de sa pensée ? Le geste pense-t-il par un processus interne (comme s’il portait de façon intime une idée ou un concept) ou a-t-il besoin d’une interprétation externe (l’idée étant attribuée par un regard subjectivant) ? Je propose d’étudier la relation entre geste et idée tout d’abord par la critique de Dewey vis-à-vis de l’évolutionnisme darwinien, une théorie très fine sur le mouvement gestuel ; puis la possibilité d’un langage gestuel proprement ordinaire par une lecture pragmatiste de la pensée du second Wittgenstein avec lequel Dewey partage un certain nombre d’idées. Je développerai enfin les pratiques de l’atelier performatif de recherche-création Ecosphère du Laboratoire du Geste (Ecole des Arts de la Sorbonne) : il révèle l’écosystème constitué par matière, énergie, corps humains et êtres vivants. L’écosphère du Laboratoire du geste est un espace de silence, les gestes et les corps prennent le pas sur les mots et inventent d’autres modes de communication et de transmission. La réflexion est générée autour d’un thème majeur et des éléments apportés par les participants. C’est une situation de gestes et de corps, un contexte où le discours est rendu tacite pour capturer le mouvement des idées.

Marceau Chenault

Les techniques du corps utilisées dans les pratiques traditionnelles chinoises de « Longue Vie », comme les décrivait Maspero, ont souvent été étudiés dans la perspective sinologique de documents historiques ou plus récemment sous un angle sociologique religieux, politique et médical. L’expérience contemporaine de ces pratiques du souffle est plus rarement envisagée dans l’incorporation progressive de concepts et d’images du corps véhiculées par des techniques codifiées au sein d’une communauté plurielle de pratiquants. Nous pensons que c’est précisément durant ces actes relationnels de transmission que se dévoile une diversité de modes de relations de l’esprit au corps, entre conscience organique et création soma-esthétique. Cette réflexion s’appuie sur des observations faites depuis 2010 à Shanghai, dans les groupes de taijiquan des parcs publics ou à l’institut du qigong de Shanghai.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.