Appel à contributions L’esthétique « 知音 »

La notion de « 知音 zhiyin » porte une valeur fondamentale de la pensée chinoise de l’antiquité à nos jours : elle tient de la connaissance intime-intuitive-instinctive par le cœur-cerveau mais le terme est polysémique et, par conséquent, plusieurs traductions sont possibles en fonction des contextes historiques, culturels et linguistiques. Comme Ziqi devient le « 知音 zhiyin » de Bo Ya ‒ reflet du musicien, porte-parole de sa pensée et écho de sa cithare qin, les contributions de chacun/chacune pourraient servir de miroir aux chercheurs de différentes disciplines et de différentes cultures.

Il est généralement admis que le terme « 知音 zhiyin » a initialement à voir avec les sons produits par la cithare 琴 qin (1) puis, évolutif durant plus de deux mille ans à travers les écrits des penseurs et poètes, il a désigné non plus seulement un connaisseur des sons, mais aussi les connaisseurs tout court ainsi que, par métonymie ; il est aussi synonyme de l’ami intime, de la grande amitié ou du grand amour. Dans la Chine contemporaine, le vocable « 知音 zhiyin » est presque victime de sa propre popularité et seule une coopération véritablement interdisciplinaire permettra de mieux le saisir. Dès lors, il nous semble intéressant de présenter et d’évaluer ou réévaluer la poétique et l’esthétique dérivée de ce phénomène culturel en nous appuyant sur divers témoignages dans le temps, que ce soit dans les domaines de la pensée, de la poésie, de la musique, de la peinture, de la calligraphie ou autres arts et de la critique littéraire ou artistique.

À l’origine, « 知音 zhiyin » apparaît en conclusion d’une anecdote vraisemblable ayant pour sujet la rencontre sur propos musical entre un musicien 伯牙 Bo Ya et un bûcheron 钟子期 Zhong Ziqi. Cette légende très populaire en Chine se trouve dans de nombreux textes anciens tels 列子 Liezi (2), 淮南子 Huainanzi (3) et 吕氏春秋 Lüshi chunqiu ainsi que dans d’autres textes ultérieurs. Par la suite, 劉勰 Liu Xie emprunta « 知音 zhiyin » dans son ouvrage 文心雕龍 Wenxin diaolong (4), pour nommer l’antépénultième chapitre dans lequel il dépeint le profil d’un bon critique littéraire. Il prendrait dans ce cas le sens de « 知己 zhiji », connaisseur de soi : les deux termes sont presque interchangeables. Répandu dans les œuvres littéraires et poétiques ‒ en particulier sous les Tang (618-907) mais également dans les pièces de théâtre telle 西廂記 Xixiang ji (L’histoire du pavillon d’Occident) qui est un 雜劇 zaju de 王實甫 Wang Shifu (vers 1300), sa connotation est généralement celle de « rencontre amoureuse ».

Dans la Chine contemporaine, « 知音 zhiyin » est devenu un symbole, une source d’inspiration et un phénomène culturel. La légende initiale est si populaire que le site historique, lieu supposé où Bo Ya rencontra Ziqi au pied du Mont de la Tortue à Wuhan, fut construit pour la première fois sous les Song du Nord puis reconstruit sous les Qing. Aujourd’hui, intitulé 古琴台 Guqin tai (Terrasse de la cithare qin de l’Antiquité), c’est un site incontournable et, en 2018, la municipalité de Wuhan s’est lancée dans le projet ambitieux de créer de toutes pièces un gigantesque parc culturel sino-français intitulé « 知音 Zhiyin » afin de prolonger cette légende populaire. Une revue a également pris le nom de Zhiyin, à sa fondation en 1985 dans la même ville par une maison d’éditions éponyme : c’est la cinquième plus grande revue du monde avec un tirage de plus de 6 millions d’exemplaires. Le cinéma n’échappe pas à cet engouement perpétuel avec le film Zhiyin (1981) qui raconte une histoire de complicité et d’amour entre蔡锷 Cai E, un général qui lutte contre les ambitions impériales de袁世凯 Yuan Shikai, et la célèbre courtisane小凤仙 Xiao Fengxian.

Ainsi, comme Ziqi devient le « 知音 zhiyin » de Bo Ya ‒ reflet du musicien, porte-parole de sa pensée et écho de sa cithare qin, les contributions de chacun/chacune pourraient servir de miroir aux chercheurs de différentes disciplines et de différentes cultures.

Références :(1) Cihai, Shanghai cishu chubanshe, 1989, p. 1952.
(2) Rémi Mathieu (présenté, traduit et annoté par), Lie Tseu, L’authentique classique de la parfaite vacuité, Paris, Entrelacs, 2012, p. 254-255.
(3) Huainanzi, chapitre XVI.(4) Liu Xie (465-520),
(4) Wenxin diaolong (Au cœur de l’écriture ‒ Sculptures de dragon), chap. 48.

Le sommaire envisagé est le suivant :

Introduction : « 知音 zhiyin » et la pensée chinoise

- « 知音 zhiyin » et les arts musical, calligraphique et pictural…

- « 知音 zhiyin » et la poésie

- « 知音 zhiyin » et la critique artistique et littéraire

- Esthétisme du « 知音 zhiyin »
Conclusion : Le phénomène culturel « 知音 zhiyin »

les propositions d’articles doivent être envoyées via langarts@orange.fr sous forme d’un titre, d’un résumé (300 à 500 mots) et d’une brève biographie de l’auteur(e) incluant ses plus récentes publications. Les articles devront être terminés pour juin 2021 et les normes éditoriales seront envoyées dès acceptation de la proposition d’article. La publication se fera chez L’Harmattan, dans la collection « L’univers esthétique », fin 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search