Séminaire Liberté en création du 11 mars

La cinquième séance du séminaire Langarts (novembre 2021-décembre 2022), dirigé par Zélia CHUEKE, Isaac CHUEKE et KIM Hyeon-Suk (voir argumentaire mis en ligne le 06/07/21), a lieu le vendredi 11 mars 2022 à la Maison de la recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, salle D116) de 10h00 à 13h00, avec possibilité de suivi à distance. Au programme : “Ecrire les migrances : une approche poétique” par Leonardo TONUS et “The destruction of the father, le deuil et la liberté en création” par EUM Juae. Contact : liberteencreation@gmail.com

Télécharger l’affiche :

Ecrire les migrances : une approche poétique par Leonardo TONUS

L’immigration reste, plus que jamais, un thème d’actualité. Nous vivons dans un monde où les populations et les individus ont de moins en moins de stabilité. Pour toutes sortes de raisons, politiques, économiques, culturelles ou amoureuses, l’homme vit en déplacement. Dans le monde des lettres, et pour n’évoquer que le cas brésilien, plus d’une centaine de romans, évoquant de près ou de loin l’histoire de l’immigration, ont été publiés ces trente dernières années au Brésil. Pas une seule édition d’un grand prix littéraire au Brésil sans qu’un roman portant sur cette question soit primé. Des expositions ou des films mettant en scène des migrants ou des personnes en situation de refuge paraissent régulièrement au Brésil. De même, des centres de recherches, des journées d’études, des colloques, des séminaires, des publications sur la situation des migrants se multiplient au Brésil, et de par le monde, sans que l’on puisse trouver une solution digne à ce qui est devenu l’une des pires tragédies de notre époque. L’immigrant souffre et nous ne parvenons pas à mesurer sa douleur qui, comme toute souffrance, reste une expérience de la subjectivité, mise à nu. Et pourtant, ils sont là, face à nous sans que nous parvenions à le voir, à le toucher, ou tout simplement à le dire. Comment la figure du migrant est, de nos jours, représenté dans la littérature et dans les arts brésiliens ? L’intérêt des écrivains et des artistes brésiliens d’aujourd’hui à cette figure révèle-t-il une volonté de mise à nu d’une crise des valeurs humaines ? Que peut, enfin, la poésie face à cette catastrophe humaine ? Leonardo TONUS Leonardo Tonus est Maître de Conférences Habilité à diriger des recherches à Sorbonne Université. Il a été nommé, en 2015, Conseiller Littéraire pour le Salon du Livre de Paris et a organisé, en 2016, l’exposition « Oswald de Andrade : passeur anthropophage » au Centre Georges Pompidou. Décoré Chevalier des Palmes Académiques, en 2014 et Chevalier des Arts et des Lettres, en 2015, il a publié de nombreux articles sur des auteurs brésiliens contemporains et a coordonné la publication de plusieurs essais et anthologies littéraires. Organisateur du Festival Printemps Littéraire Brésilien et du Projet MIGRA, il est l’auteur de trois recueils de poèmes : Agora vai ser assim ( Editora Nós, 2018), Inquietações em tempos de insônia (Editora Nós, 2019) et Diários em mar aberto (Folhas de Relva Edições, 2021).

The destruction of the father, le deuil et la liberté en création” par EUM Juae

Louise Bourgeois présenta son œuvre monumentale The destruction of the father à New York en décembre 1974. L’œuvre composée de différents éléments représente une scène de repas familial dans laquelle la famille dévore le père. Les choix artistiques accentuent l’ambiance cruelle et macabre ; les demi-sphères de dimensions variées sont disposées autour d’une table ajoutant une impression organique ; les matériaux employés ⎼ latex, plâtre, tissus ⎼ renforcent cette impression ; la couleur rouge domine la scène suggérant un parricide. Alors pourquoi joue-t-elle un parricide ? Et pourquoi à ce moment précis de sa vie ? L’artiste était déjà connue sur la scène artistique newyorkaise avec des œuvres organiques telles que Fillette, Janus et Cumuls. Cette exploration du corps partiel continua jusqu’au début des années soixante-dix à travers ses œuvres Femme-couteau ou Fragile goddess. Durant la même période, elle effectua plusieurs séjours en Europe et travailla ses sculptures à partir de matériaux traditionnels tels que les métaux et le marbre. Mais soudain à partir de The destruction of the father, un changement artistique fondamental s’effectue. D’abord, les matériaux : Bourgeois introduisit de plus en plus de matériaux mous comme le latex ou les tissus. Ensuite, une nouvelle forme artistique apparut : désormais l’artiste privilégia l’installation de plusieurs sculptures ou des objets récupérés. Enfin, la mémoire d’enfance prit une place centrale dans son travail. Pourquoi ce changement ? Y a-t-il un lien avec la vie de l’artiste elle-même ? Comment la mort de ses proches, notamment la disparition de son père en 1951, et celle de son mari en 1973, influença-t-elle le travail de l’artiste ? Afin de répondre à ces questions, nous étudierons d’une manière plus approfondie l’œuvre de l’artiste, The destruction of the father en nous appuyant sur différents documents tels que les entretiens de l’artiste, les critiques et sa biographie. À partir de notre hypothèse, nous essayerons de comprendre le lien entre le deuil et la liberté en création observé chez Louise Bourgeois. EUM Juae est artiste et doctorante, associée au laboratoire AIAC, Université Paris VIII, et co-directeur de RETiiNA.Korea. Livre publié : Réinvention de la mémoire dans la création artistique, Paris, L’Harmattan, 2021.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search