Dernière séance du semestre : vendredi 10 juin

La huitième séance du séminaire Langarts LIBERTÉ EN CRÉATION dirigé par Zélia CHUEKE, Isaac CHUEKE et KIM Hyeon-Suk a lieu le vendredi 10 juin 2022 à la Maison de la recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, salle D116) de 10h00 à 13h00, avec possibilité de suivi à distance. Au programme : “Par delà jeu et nécessité : l’œuvre sans nom, horizon de la création” par Georges BLOESS et “Le transtonalisme dans les Cartas Celestes pour piano de Almeida Prado : la liberté comme étape ultime dans l’évolution d’un langage musical” par César BIRSCHNER LIRA. Contact : liberteencreation@gmail.com. Séances suivantes à la rentrée : 16 septembre, 14 octobre, 18 novembre,  16 décembre 2022.

Télécharger l’affiche : 8e séance Liberté en création

“Par delà jeu et nécessité : l’œuvre sans nom, horizon de la création” par Georges BLOESS

L’évidence semble s’imposer : liberté et création sont inséparables l’une de l’autre, et leurs destinées entièrement interdépendantes. Ce que souligne l’intitulé du thème proposé : non seulement elles se juxtaposent, mais se pénètrent l’une l’autre ; la création exige la liberté, tandis que la liberté s’accroît au sein du processus de création, de telle sorte que leur relation s’enrichit à l’infini. L’histoire de l’art européen depuis le 18e siècle ne le confirme-t-elle pas ? Émancipation progressive de l’artiste, s’affranchissant progressivement de la tutelle de l’Église et des Puissants dont il n’était que le valet ; libération économique bientôt suivie d’une libération intellectuelle : libre critique du goût esthétique chez Kant, liberté à l’égard des instincts et célébration du jeu en tant que privilège de l’Humain selon Schiller. L’essor des sciences de l’art au 19e siècle, avec la mise en évidence de ses invariants (styles, formes, concepts), en atténue la dimension individuelle et libertaire sans aller jusqu’à la nier. Et soudain souffle un vent de révolution au tournant du 20e siècle : éloge du hasard, « parole en libertà », souveraineté d’une « expression » « hors de tout contrôle ». Cependant cette création délivrée de toute entrave ne contient-elle pas en elle-même sa négation ? Élevée au rang de valeur suprême par Worringer, par Prinzhorn, l’expression renvoie fatalement à sa source : celle d’une « nécessité » devenue « intérieure » (Kandinsky, Rilke, Bataille, Blanchot…). Et tout art qui ne serait pas frappé du sceau de cette nécessité ne serait que contingence, manifestation sans force. Ainsi s’inverse la relation : l’œuvre n’émane d’aucune liberté, c’est au contraire à l’artiste « d’appartenir à l’œuvre », de s’en faire l’humble messager. L’antique conception d’une « mission » artistique réapparaît dans l’art le plus contemporain, trouvant, dans  un itinéraire comme celui d’Unica Zürn, sa manifestation la plus tragique. Chimère que cette « liberté en création » ? L’impasse semble totale. Elle cesse de l’être si nous levons cette équivoque : l’acte de création ne libère pas un « moi » singulier, magiquement révélé, mais bel et bien une œuvre ! Après quelques grands romanciers, poètes et peintres du 20e siècle à son aube, Paul Celan en fait à son tour l’expérience : « l’art nous éloigne du moi. » Pouvoir libérateur de l’Œuvre, qui nous délivre de nous-mêmes dans l’acte de contemplation, au seuil de la création.

Georges BLOESS, né en 1941, agrégé d’allemand, docteur en Esthétique et Sciences de l’Art, a été professeur émérite à l’Université de Paris VIII Vincennes-St-Denis. Il adhère à diverses sociétés savantes et participe régulièrement à leurs activités : Association Pour la Recherche et l’Etude du Surréalisme (depuis 1986), Société Française de Psychopathologie de l’Expression (depuis 2001). À rejoint l’équipe de Langarts en 2020. Parmi ses articles récents : « Composer le silence » ou « être la parole de l’indicible ? » in : Silence, Journées d’automne de la SFPEAT, 2020 « Notes sur les sculptures de Virginia Tentindo, in : Virginia Tentindo, les mains du feu sous la cendre, éd. Les Hommes sans épaules 5/2021. A paraître prochainement : Les puissances créatrices de la nuit chez R.M.Rilke, in : Actes du séminaire Langarts La nuit dans les cultures occidentales et asiatiques.

Le transtonalisme dans les Cartas Celestes pour piano de Almeida Prado : la liberté comme étape ultime dans l’évolution d’un langage musical” par César BIRSCHNER LIRA

Après avoir étudié quatre ans à Paris, le compositeur brésilien Almeida Prado (1943-2010) compose entre 1973 et 2010 un cycle de quinze pièces pour piano seul intitulé Cartas Celestes, inspiré du ciel nocturne brésilien. L’exploration de la capacité de résonance du piano sert au compositeur de point de départ de la recherche d’un espace sonore cosmique qui aboutira à la création d’un nouveau langage musical appelé « transtonalisme ». Selon lui, le langage transtonal se fonde sur l’utilisation rationnelle des résonances des séries harmoniques supérieures et inférieures. Si les constructions musicales s’articulent dans un langage apparemment atonal, l’emploi des harmonies tonales n’est pas exclu : elles n’obéissent cependant pas aux principes fondateurs de la tonalité comme ceux exposés par Jean-Philippe Rameau. Le compositeur a lui-même théorisé les principes de cette « tonalité transfigurée » sur les six premières pièces du cycle Cartas Celestes dans sa thèse de doctorat soutenue en 1986.  Quoique esthétiquement très différentes des premières, les six dernières pièces appartenant au cycle ont été composées vingt ans après et peuvent aussi être regroupées puisqu’elles sont écrites pour piano seul et qu’elles disposent d’un vocabulaire harmonique pré-établi. Nous essayerons de comprendre en quoi consiste l’innovation de ce langage musical proposé par Prado en nous appuyant uniquement sur la première pièce du cycle, avant de nous intéresser à son évolution dans les pièces suivantes. Ceci nous permettra de mieux appréhender l’originalité du transtonalisme dans un contexte historique où les compositeurs n’ont cessé de remettre en question les techniques  musicales héritées des prédécesseurs.

César BIRSCHNER LIRA, né au Brésil, réalise ses études musicales supérieures à Paris après avoir obtenu plusieurs prix dans des concours de piano au Brésil et à l’étranger. Admis à l’unanimité du jury au CNSMDP en piano dans la classe de Jean-François Heisser et de Florent Boffard, il se produit ensuite en tant que soliste et chambriste dans plusieurs scènes telles que La Folle Journée en Région, la Salle Cortot, l’Abbaye de l’Épau ou encore sur les ondes de France Musique. Il lance en 2022 un disque de musique de chambre intitulé « Un Français à Rio », avec une création mondiale du compositeur Karol Beffa. Intéressé également par la recherche, il réalise un master de musicologie sur les Cartas Celestes I de Almeida Prado à la Sorbonne, où il poursuit actuellement un doctorat sur la relation entre harmonie et forme dans l’ensemble des Cartas Celestes pour piano sous la direction de Jean-Marc Chouvel et de Sílvio Ferraz.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search