Brèves du GT Métaphores et cultures du 15 novembre 2013

Violaine Anger fait un point de situation à partir d’une synthèse sur l’ouvrage Métaphores et cultures : en mots et en images publié en 2012 avec le recul procuré par la journée d’études Figure et figuration d’avril 2013. Elle dégage l’intérêt de reprendre la métaphore aujourd’hui : c’est une base nouvelle pour une sémiologie qui intègrerait l’élément corporel, matériel et c’est un apport parce qu’elle insiste sur la place de l’énonciation ou de l’écoutant dans l’interprétation du sens. La métaphore apparaît comme base à réinterroger sans arrêt, une méthode de pensée. La métaphore est une activité et cela pose une anthropologie

L’apport de la publication porte sur deux points essentiels. La métaphore oblige à échapper au dualisme qui nous tente sans arrêt de deux pôles qu’on oppose, entre le propre et le figuré et entraîne une tri-partition figée, liée au nom, au substantif : la chose, l’idée de la chose, l’image de la chose, quelles que soient ses avatars ; (a) la métaphore porte aussi sur la façon dont le langage signifie (Cadiot, Nemo, Visetti pensent que la métaphore est aussi une façon de comprendre comment le langage signifie) : on peut repenser la prédication et la linguistique à partir de là ; (b) la métaphore n’est pas seulement quelque chose de linguistique ; elle peut aussi être intéressante pour comprendre comment un matériau au départ non verbal (son, couleur, ligne…) peut être partie prenante d’une activité signifiante.

Il y aurait alors un renversement : la métaphore n’est plus une figure du discours, mais elle serait la base permettant de penser tout discours. Deux questions au moins surgissent alors : qu’est-ce que l’activité métaphorique ? Mais aussi qu’est-ce qui n’est pas métaphorique, la métaphore prenant un champ d’application considérable. Bref, la métaphore est un coin dans la théorie du langage, un lieu pour penser l’activité de sens.

Que devient alors la figure, thème actuel du GT, quand on pense la métaphore de ce point de vue-là ? La figure ne renvoie-t-elle pas à la représentation, à la nomination, à la tripartition posée plus haut. L’apport de l’équipe de recherche, c’est un regard nouveau. Il faudrait surtout réussir à cerner la spécificité des notions de mitate et de biyu, dans leur différence avec la métaphore, et avoir un regard sur l’activité théorique et méthodologique japonaise et chinoise à ce propos.

Les participants (Muriel Detrie, Gérard Dupuy, Biliana Fouilhoux, Kim Heon-Suk, Marie Laureillard, Lo Shih-Lung, Jacline Moriceau, Françoise Quillet, Christine Vial-Kayser) sont intervenus à divers moments pour signaler à Violaine Anger et Véronique Alexandre Journeau tel ouvrage, tel appel à communications ou telle production en lien avec la problématique et suggérer par certains exercices en GT pour travailler sur des exemples concrets.

La seconde partie du GT était consacré à écouter une intéressante contribution de Marie Laureillard sur Feng Zikai (qui était son sujet de thèse et sur qui elle prépare une exposition à Lyon) : la peinture de Feng Zikai n’est plus seulement chinoise en raison du choc culturel subi au XXe siècle par la Chine et le fait que l’art chinois se définit maintenant par rapport à celui de l’Occident. La question qui se pose pour elle est : en quoi hérite-t-il de la conception de la figure des civilisations de l’alphabet ?

Elle signale également qu’un article écrit en chinois sur « biyu » qu’il serait bien de traduire et une discussion s’engage sur la façon dont a été traduit le terme occidental de métaphore en prolongement des présentations traditionnellement fondées sur fu-bi-xing en Chine dès l’Antiquité. En projet : faire venir des spécialistes pour des communications sur les sources de la pensée figurative et métaphorique en Asie.

Prochain GT : le 7 février 2014 (voir programme du semestre)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *