Arts et cultures de la marionnette (suite)

Logo Cirras complet

 

« Arts et cultures de la marionnette » …

Journée d’études (suite) organisée par Françoise Quillet (C.I.R.R.A.S.) assistée de Ly-Lan Magniaux (Paris-Sorbonne),

le Vendredi 24 octobre 2014,

au Bâtiment Le France, 190, av. de France Paris 13e (salle 628 au 6e étage).

PROGRAMME DETAILLE

9h30 : Accueil

10h00 : La contribution des associations professionnelles à la structuration des arts de la marionnette et à leur développement par Lucile Bodson (directrice de l’Institut international de la Marionnette de 2003 à 2014)

Depuis les années 80, les arts de la marionnette se caractérisent  par une création contemporaine d’une grande  liberté et occupent aujourd’hui une place reconnue dans le champ culturel. S’ouvrant à des formes diversifiées, parfois issues d’hybridation avec d’autres langages artistiques, libérant en les adaptant des savoir-faire de construction et des techniques de manipulations traditionnelles, cet art s’est développé en rencontrant un public adulte, sensibilisé aux arts visuels, à l’image sur écran, aux langages du corps…Il a également bénéficié d’un fort soutien des associations professionnelles de marionnettistes et d’acteurs culturels.

Une présentation et un bref retour sur l’histoire de l’UNIMA, association internationale créée en 1929, et sa section française, de création plus récente, THEMAA, permettront de mieux faire connaissance avec leurs activités. Ces deux associations animent débats et réflexions professionnelles, mais elles mènent aussi par le biais de commissions actives un certain nombre d’initiatives, dont certaines peuvent concerner la recherche. Les activités et les ressources de l’Institut International de la Marionnette seront également évoquées.

Pause-café

11H00 : « le Tas de sable- Ches Panses Vertes » : un lei de transmission et de solidarité pour l’art de la marionnette (Présentation du travail de la compagnie et présentation du TDS-CPV) par Sylvie Baillon (Metteure en scène et directrice artistique de la compagnie Ches Panses Vertes, fondée en 1979, implantée à Amiens en Picardie)

Si l’écriture est fondatrice du travail de la compagnie sur le plateau, les mots font partie des matières au même titre que les acteurs, la lumière, le son, les objets. Il s’agit de « faire avec » la matière présente sur scène pour mettre à nu le non-dit, l’indicible, en essayant de faire le tri, de se débarrasser de nos représentations, des clichés. Écrire le plateau en associant d’autres disciplines artistiques : la photo, la danse, la vidéo… et la marionnette comme instrument dramatique, parce qu’elle a la vertu de totémiser la parole, qu’avec elle on affirme tout de suite qu’on est au théâtre. Renouveler le rapport à l’illusion et créer un sens associant intelligence et sensation… La compagnie crée des spectacles pour adultes et pour le jeune public. Eric Goulouzelle en est le co-responsable artistique.

Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes, compagnie-lieu de création, de recherches artistiques et culturelles autour des Arts de la marionnette, développe ses projets en quatre grands axes : la production, le compagnonnage, la programmation et la transmission, au service des artistes et des publics. La structure est Pôle des Arts de la marionnette en région Picardie et lieu compagnonnage marionnette. Elle accompagne des équipes artistiques, des jeunes artistes dans leur insertion professionnelle, en partenariat avec des réseaux régionaux, nationaux et européens. C’est aussi un lieu de formations, ouvertes à différents publics. Organisant des temps forts marionnettiques, notamment le festival biennal Marionnettes en Chemins, le Tas de Sable – Ches Panses Vertes propose, outre une programmation sur tout le territoire picard, des ateliers d’échange entre artistes et publics autour des Arts de la marionnette. En partenariat avec divers réseaux – régionaux, nationaux et européens – la structure œuvre à une meilleure (re)connaissance des Arts de la marionnette.

Pause-déjeuner

14h00 : Le renouveau marionnettique iranien par Yassaman Khajehi

En Iran, jusqu’à la moitié du XXe siècle, plusieurs formes marionnettiques se sont présentées. Oubliées pendant quelques décennies, elles sont désormais pratiquées par une jeune génération issue de l’université. Des marionnettes ayant traversé l’Histoire du pays, retrouvent aujourd’hui une place remarquable dans la culture populaire iranienne : au de-là des scènes théâtrales, elles conquièrent la télévision et le cinéma. On étudiera ce renouvellement et on s’intéressera au chemin parcouru par ces marionnettes.

14h45 : Les arts de la marionnette : déploiement et perspectives des arts « mineurs » par Emmanuelle Ebel

Dans son petit texte intitulé Sur le théâtre de marionnette (1810), l’un des narrateurs évoqué par H. von Kleist désigne la marionnette comme « un espèce de jeu inventé pour la populace » et s’étonne de l’intérêt que lui porte le grand danseur reconnu auquel il s’adresse. Pratique scénique souvent considérée comme « mineure » ou « populaire » et actuellement marquée par la destination de ses productions à des mineurs (jeune public), les arts de la marionnette, tout comme les arts du cirque ou de la rue ont développé un langage artistique de la marge et se sont positionnés comme des laboratoires d’expérimentation et d’élaboration de nouveaux modes de représentation, de nouveaux langages artistiques.

À partir d’exemples issus de la création européenne actuelle, nous nous pencherons sur ce que les arts de la marionnette ont forgé comme langage dans les créations actuelles. Il s’agira d’identifier les stratégies d’assimilation et de prise de distance relatives aux usages de la scène. Nous aborderons notamment la façon dont les artistes s’appuient sur une culture de la marge ou du mineur: jeune public, hybridation des pratiques, lieux alternatifs, détournement ou caricature, pratiques ludiques, etc., pour élaborer une identité propre.

Pause-café

15h30 : Carte blanche à Jean-Luc Penso

En juin 2007, Jean-Luc Penso, directeur artistique du Théâtre du Petit Miroir a reçu le Grand Prix de l’Académie des Sciences Morales et Politiques pour l’ensemble de son travail. Initié à Taiwan pendant 5 ans à l’art du théâtre de marionnettes et du théâtre d’ombres par Maître Li Tien Lu, un des derniers grands maîtres de marionnettes de l’île, Jean-Luc Penso a créé le Théâtre du Petit Miroir en 1978. La compagnie se consacre à la création de spectacles de marionnettes et d’ombres pour enfants. Souvent tirées des grands textes de la littérature mondiale, le Théâtre du Petit Miroir a monté une vingtaine de pièces jouées à l’occasion de tournées et de festivals dans plus de quatre-vingts pays sur cinq continents souvent avec l’aide des ambassades de France, des Alliances Françaises et des Instituts français. En France ses spectacles ont été présentés, entre autres, au Théâtre National de Chaillot, à la Cité de la Musique, sur des scènes nationales, dans des centres culturels, et dans les auditoriums de nombreux musées nationaux, Louvre, Quai Branly, musée de l’Homme, Guimet, centre Pompidou, musée des beaux Arts de Toulon, musée des arts asiatiques de Nice, musée du Jouet de Poissy, musée de l’Hôtel Dieu à Mantes la Jolie.

N-B : journée filmée pour diffusion sur les archives audiovisuelles de la recherche (E. de Pablo)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *