Mallarmé, Michaux et la Chine

1) Mallarmé et la Chine par Laurent Mattiussi (Groupe Marge de l’université Jean Moulin Lyon 3) / Présentation / Mallarmé n’a qu’une connaissance vague de la Chine. Pourtant, il témoigne dès ses premiers essais poétiques d’une vive fascination pour l’esthétique chinoise, dont son intuition très sûre lui fait pressentir les tendances fondamentales. Dans un poème de jeunesse, il s’assigne cette visée salutaire à ses yeux : « Imiter le Chinois au cœur limpide et fin ». Le peintre chinois que le jeune poète se donne alors pour modèle est la figure idéale de l’artiste, qui incarne tout le projet esthétique, présent et...