Penser l’art du geste en résonance entre les arts et les cultures

APPEL A COMMUNICATIONS

POUR LE COLLOQUE INTERNATIONAL LANGARTS 2016,

co-organisé, en partenariat interdisciplinaire, interculturel et interuniversitaire,

par les centres IReMus et Creops (Paris Sorbonne Paris 4), CERC (Sorbonne nouvelle Paris 3), CEAC (Lille),

HiCSA (Panthéon Sorbonne Paris 1), IAO (Lyon 2/ENS Lyon/CNRS) et l’appui audiovisuel de l’ESCoM,

les 29, 30 juin et 1er juillet 2016 à Paris.

A noter : compte tenu du délai demandé par des intervenants pour finaliser leur proposition et de la date de la 1re réunion d’organisation de la sélection (29 janvier), la date limite de soumission des propositions devient le 28 janvier (deadline for submission : January 28th).

(English version after the French one)

La conception holistique et le rôle essentiel du geste artistique en Asie les unifient dans une pensée globale de l’art : « l’approche par la façon dont le souffle et l’intuition font l’au-delà de la technique est de même nature pour la calligraphie, la peinture et la musique »1. En Occident, le geste est souvent abordé soit globalement pour ce qu’il révèle de la pensée qui le guide (voir la bibliographie indicative) soit en mettant l’accent sur les acquis théoriques et de maîtrise technique dans chaque art (voir les manuels d’apprentissage et les captations issues des nouvelles technologies). Pour ce colloque, nous nous intéressons dans l’art du geste à ce qui guide le déclenchement du mouvement, à la façon dont il atteint son expression la plus parfaite et à sa créativité, au sens qu’on lui donne. L’objectif est de rendre compte du geste dans sa dualité d’une impulsion portée par l’« imagination motrice »2 & d’une intention portant l’intériorité de l’artiste, cette dernière pouvant être empreinte de traditions mystiques (comme en Inde) ou d’hybridité (comme en art contemporain) ; sans oublier le rôle de l’intuition du geste, vécue tout autant qu’observée. Pour saisir cela, nous nous appuierons sur les interactions entre les arts et les cultures, les moments où l’un(e) s’exprime dans, à partir, à propos, d’un(e) autre et ce qui en est ainsi révélé (voir les exemples ci-après). Nous combinerons l’approche directe, par la sensation corporelle de l’artiste et son ressenti d’un art/d’une culture à l’autre dans les pratiques performatives ‒ voire de ce que peuvent en dire les neurosciences ‒ avec les approches indirectes, par l’histoire de l’art et la littérature (notamment avec les écrits d’artistes ou de critiques d’art).

Les quelques exemples donnés ci-après sont destinés à illustrer cet argumentaire :

L’approche directe par l’impulsion de l’artiste : on cherchera, par exemple, comment un geste parfois infime (simple décentrage du regard de l’acteur, déhanchement du danseur, inflexion du poignet du musicien ou du calligraphe, touche du peintre, frappe ou pression du sculpteur, suspension du mime, etc.) peut subjuguer par sa justesse, sa beauté, son inventivité… et quelles sont l’intuition, l’intention et l’impulsion qui le font tel et qui font la signature d’un maître. En quoi est-il/sont-elles hors pair alors que la réalisation est fondée, dans l’apprentissage, sur le mimétisme (de maître à disciple) ou sur des notations ou signes relativement prescriptifs ? Quel est ce je ne sais quoi ou presque rien difficile à décrire qui fait la différence ? La phénoménologie et les sciences cognitives ont d’ailleurs à voir avec cette analyse. On cherchera dans quelle mesure changer d’art, c’est changer de geste : il arrive que la pensée du geste dans un art existe dans un autre art, quand le musicien utilise des termes de la danse, le « jeté » ou le « plié », quand un calligraphe dit qu’il a trouvé son geste en observant une danseuse de sabre ou en entendant les sons d’une cascade. Le phénomène du mécanisme miroir, et plus précisément de la simulation incarnée, en raison même de leur caractère multimodal, peuvent-ils nous éclairer à ce sujet ? Il arrive aussi que l’on découvre dans une culture autre que la sienne une gestuelle dont on ignorait l’existence.

L’approche indirecte, notamment via l’histoire de l’art et la littérature, apporte, par la mise en images et en mots, un éclairage intéressant sur ce qui serait essentiel, mémorable, impérissable. L’histoire de l’art, par exemple, met à disposition du spécialiste d’une discipline nombre de figurations du geste de son art à travers les âges permettant de s’interroger sur les choix de postures : des représentations d’instrumentistes dans des contextes tant sacrés que profanes, un corpus visuel à entendre-comprendre pour le musicologue ; la réinvention de traditions de danse vivante s’appuyant sur un répertoire sculpté (Inde, Cambodge, …), la symbolique cosmologique et créatrice des représentations de la musique et de la danse dans certains courants religieux (hindou par exemple)… Les écrits contribuent à rendre compte de ce qui est en jeu lorsqu’il faut retrouver le geste de création, « imaginer [en majuscules dans le texte original], sur la foi des textes » comme cela s’est avéré nécessaire pour Segalen qui raconte3 : « un moignon informe de grès [… dont] toutes les arêtes ont disparu, toutes les lignes vivantes ont fui ; […] je dessine ce reste informe. Et lentement, mais sûrement, ce que mes yeux ne voyaient pas, le crayon et les mouvements instinctifs de mes doigts le ressuscitent… » ; ou encore reconsidérer l’art du geste à l’aune d’autres cultures comme Barthes4 impressionné par les actes « éminemment transitifs, opératoires, colorés de ce mélange de force et de subtilité, qui marque le gestuaire japonais » dans le bunraku ; plus généralement, la recherche sur la perfection du geste est au cœur des traités de Zeami (1363-1443?) pour qui : « la parole [qui] devient impuissante, la manière merveilleuse où l’intention et la figure réalisée sont fusionnées : c’est le style de la fleur merveilleuse. Il est l’aboutissement de la voie suprême de l’ultime secret »5.

 

INDICATIONS PRATIQUES

Les communications artistiques, notamment performatives, sont bienvenues autant que les communications scientifiques classiques avec powerpoint/vidéo/… (30 minutes par intervenant).

Les propositions devront prendre la forme d’un résumé d’environ 300 à 350 mots accompagné d’une brève bio-bibliographie (10 à 12 lignes de l’auteur sur son parcours, ses titres et rattachements, ses publications les plus importantes et récentes). Les communications pourront se faire en français ou en anglais.

Les comités scientifique et de pilotage de Langarts sont présentés dans les colonnes de gauche et de droite sur le site.

Lieu : bâtiment Le France, 190, av. de France, Paris 13e

Adresse de correspondance pour le colloque : langarts@orange.fr (site: http://langarts.hypotheses.org)

(veuillez préciser chaque fois votre « nom_colloque Langarts 2016 » dans l’objet).

Dates à retenir :

  • Date limite d’envoi des propositions de communication : 15 janvier 2016 (prolongation jusqu’au 28 janvier).
  • Date de réponse après évaluation des propositions : 1er mars 2016.
  • Date limite de confirmation de votre venue pour les communications acceptées avec envoi des résumés en bilingue : 15 avril 2016.
  • Date limite de soumission des articles issus des communications : 3 septembre 2016.
  • Date de réponse après évaluation par le Comité de lecture : 31 octobre 2016.
  • Publication dans la collection « L’univers esthétique » chez L’Harmattan : 2017.

Notes

  1. Journeau Alexandre Véronique, Poétique de la musique chinoise, Chap. V : « Fondements de l’esthétique chinoise », Paris, L’Harmattan, 2015, p. 337.
  2. Billeter Jean-François, L’art chinois de l’écriture, Genève, Skira, 1989, p. 183.
  3. Segalen Victor, Stèles, Peintures équipée, Paris, Plon, 1970, p. 489.
  4. Barthes Roland, L’empire des signes, Paris, Champ Flammarion, 1970p. 81-82.
  5. Sekoguchi Aya, La fleur et le néant  ̶  L’empreinte de Zeami dans l’art japonais, Préface d’Augustin Berque, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 80.

Quelques pistes bibliographiques

Bourassa Renée et Poissant Louise (éds.), Personnage virtuel et corps performatif : effets de présence, Ste-Foy, PUQ, 2013.

Chastel André, Le Geste dans l’art, Paris, Liana Levi, 2008.

Doganis Basile, Pensées du corps, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

FlusserVilem, Les Gestes, Paris, Éd. Hors Commerce, 1999.

Goldberg Stephen J., « The Primacy of Gesture: Phenomenology and the Art of Chinese Calligraphy », Analecta Husserliana, vol. 81, 2004, p. 175-186.

Guérin Michel, Philosophie du geste, Arles, Actes Sud, 1995.

Guérin Michel (éd.), Le Geste entre émergence et apparence : éthologie, éthique, esthétique, Presses universitaires de Provence, 2014.

Histoire de gestes, Marie Glon et Isabelle Launey (dir.), Actes Sud, 2012.

Jousse Marcel, L’Anthropologie du geste, Paris, Gallimard, 2008.

Leroi-Gourhan André, Le geste et la parole. Tome I : technique et langage. Tome II : La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1964.

Migrations of Gesture, Carrie Noland and Sally Ann Ness éds., Minneapolis, University of Minneapolis Press, 2008.

Schmitt J.-C., La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Gallimard, 1990.

Shusterman Richard, Body Consciousness: A Philosophy of Mindfulness and Somaesthetics, New York, Cambridge University Press, 2008.

Stern Daniel, Les formes de vitalité. Psychologie, arts, psychothérapie et développement de l’enfant, Paris, Odile Jacob, 2010.

Whitehead Alfred, Procès et réalités, Gallimard, 1995.

 

 

English version

CALL FOR PAPERS FOR THE INTERNATIONAL CONFERENCE LANGARS 2016

Sizing the artistic gesture through other art forms and cultures

29, 30 June and 1st of July 2016

Co-organised, in interdisciplinary, intercultural and interuniversity partnership, by IReMus et Creops (Paris Sorbonne),

CERC (Sorbonne nouvelle), CEAC (Lille), HiCSA (Panthéon Sorbonne), IAO (Lyon 2/ENS Lyon/CNRS)

with technical video support of l’ESCoM

Location : bâtiment Le France, 190, av. de France, Paris 13

A holistic approach and the central role of the artistic gesture characterize Asian views on art. Calligraphy, painting and music share the premise that « the breath and intuition are the beyond of the technique. »1 In the West, the gesture is often addressed either globally for what it reveals of the thought that guides it (see the indicative bibliography) or through a theoretical and technical approach specific to each art (see the learning manuals and analysis made with new technologies). For this conference, we aim at a specific understanding of the artistic gesture: what initiates movement, how does it reach its most perfect expression and creativity, according to the ascribed meaning of this term. We wish to size the gesture in its dual sense of an impulse driven by « motor imagination »2 and of an intent spurred by the interiority of the artist. The latter characterizes mystical traditions (as in India) as well as hybrid practices (as in contemporary art). We also wish to examine the role of intuition, experienced as much as observed, in the spurring of a gesture. In attempting to grasp the production of the artistic gesture we will rely on the interaction between art forms and cultures, looking at moments when one form is expressed in another, or takes its shape from another, reflects about the gesture in another art form or culture (see examples below). We will do this through a direct approach, looking at the bodily sensations of the artist and his feelings while practicing a gesture influenced by another art / culture – examining as well what neuroscience may say about it – But also with an indirect approach, looking at what history of art and literature (especially the writings of artists or art critics) say about the artistic gesture.

The examples given below are intended to illustrate the argument:

– The direct approach will seek, for example, in what way a small gesture (such as a slight eye-movement of an actor, the delicate swaying of a dancer, the turning of the wrist of a musician or a calligrapher, the touch of the painter, the stroke or pressure of a sculptor, the suspension of a mime, etc.) can subjugate by its accuracy, its beauty, its inventiveness … and what intuition, intention and impulse make it such, revealing a master; what makes it outstanding while the realization is based on learning, on mimicry (from master to disciple) or relatively prescriptive notations or signs; what is this indecipherable something, hard to describe that makes the difference? Phenomenology and cognitive science are also concerned with this analysis. We seek to understand in what way a gesture is changed when used in another art: when the musician uses terms coming from dance, such as « jeté » or « plié », when a calligrapher says he found his gesture by observing a sword dancer or hearing the sound of a waterfall. Can the mirror neurons, which are specifically at play here because of their multimodality, enlighten us about that phenomena? Last we seek examples of cross-cultural discoveries, when one discovers in a culture other than one’s own, unknown gestures.

– The indirect approach, including history of art and literature, sheds an interesting light through images and words which help decipher what is important, memorable, unforgettable in a gesture. The history of art, for example, provides a number of representations of artistic gestures through the ages, which can question the choice of postures in another art (for example the representation of a musicians in both sacred and secular contexts gives the musicologist a precious visual- hearing corpus; the reinvention of dance traditions in India, Cambodia is made possible by the study of a carved repertory; the creative and symbolic cosmological representations of music and dance can help decipher the sacred premises of certain religious movements (eg Hinduism). Written documents also contribute to the understanding of what is at stake in the creative gesture by allowing us to « imagine [in capital letters in the original text], on the basis of texts” as happened to Segalen who writes3 « a formless stump sandstone [… of which] all edges are gone, all the living lines have fled; […] I drew that formless remain. And slowly but surely, what my eyes could not see, the pencil and instinctive movements of my fingers resuscitated […] ». We may also reconsider the art of gesture in light of other cultures like Barthes who was impressed by the « eminently transitive, operating, colourful [acts], the mixture of strength and subtlety that marks the Japanese gestuaire »4 of Bunraku. Research on the perfect gesture is at the core of Zeami (1363-1443?) writings: « The word becomes powerless, the wonderful way in which the intention and the constructed figure merged: this is the style of the wonderful flower. It is the culmination of the supreme path of the ultimate secret »5.

Artistic communications, including performative, are welcome as well as scientific communications in a classic Powerpoint / video format (30 minutes each). The proposals should take the form of an abstract of about 300-350 words accompanied by a brief bio-bibliography (10-12 lines of the author on his/her journey, his/her titles and institutional affiliation and most important and recent publications). Papers may be in French or English.

The mailing address for the conference is: langarts@orange.fr (website : http://langarts.hypotheses.org)

(please specify each time your « name_colloque Langarts 2016 » in the subject line).

Dates to remember:

– Deadline for paper proposals: 15 January 2016. Extension up to January 28th.

– Response to authors proposals: 1 March 2016.

– Deadline for confirmation of author’s presence, if accepted, with the sending a bilingual summary: 15 April 2016.

– Deadline for submission of articles from the presentations: 3 September 2016.

– Date of response after assessment by the Reading Committee: 31 October 2016.

– Publication in the series « The aesthetic universe » by L’Harmattan: 2017.

 

Notes

  1. Journeau Alexandre Véronique, Poétique de la musique chinoise, Chap. V : « Fondements de l’esthétique chinoise », Paris, L’Harmattan, 2015, p. 337.
  2. Billeter Jean-François, L’art chinois de l’écriture, Genève, Skira, 1989, p. 183.
  3. Segalen Victor, Stèles, Peintures équipée, Paris, Plon, 1970, p. 489.
  4. Barthes Roland, L’empire des signes, Paris, Champ Flammarion, 1970p. 81-82.
  5. Sekoguchi Aya, La fleur et le néant  ̶  L’empreinte de Zeami dans l’art japonais, Préface d’Augustin Berque, Paris, L’Harmattan, 2016, p. 80.

Some bibliographical indications

Bourassa Renée et Poissant Louise (éds.), Personnage virtuel et corps performatif : effets de présence, Ste-Foy, PUQ, 2013.

Chastel André, Le Geste dans l’art, Paris, Liana Levi, 2008.

Doganis Basile, Pensées du corps, Paris, Les Belles Lettres, 2012.

FlusserVilem, Les Gestes, Paris, Éd. Hors Commerce, 1999.

Goldberg Stephen J., « The Primacy of Gesture: Phenomenology and the Art of Chinese Calligraphy », Analecta Husserliana, vol. 81, 2004, p. 175-186.

Guérin Michel, Philosophie du geste, Arles, Actes Sud, 1995.

Guérin Michel (éd.), Le Geste entre émergence et apparence : éthologie, éthique, esthétique, Presses universitaires de Provence, 2014.

Histoire de gestes, Marie Glon et Isabelle Launey (dir.), Actes Sud, 2012.

Jousse Marcel, L’Anthropologie du geste, Paris, Gallimard, 2008.

Leroi-Gourhan André, Le geste et la parole. Tome I : technique et langage. Tome II : La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel, 1964.

Migrations of Gesture, Carrie Noland and Sally Ann Ness éds., Minneapolis, University of Minneapolis Press, 2008.

Schmitt J.-C., La raison des gestes dans l’Occident médiéval, Gallimard, 1990.

Shusterman Richard, Body Consciousness: A Philosophy of Mindfulness and Somaesthetics, New York, Cambridge University Press, 2008.

Stern Daniel, Les formes de vitalité. Psychologie, arts, psychothérapie et développement de l’enfant, Paris, Odile Jacob, 2010.

Whitehead Alfred, Procès et réalités, Gallimard, 1995.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *