Appel à communications Journées d’études Langarts 2017

Thème:

L’installation, une expérience esthétique du déplacement interactif dans un espace dédié (dispositifs, potentialités) : approche phénoménologique et cognitive dans une perspective interartistique, interculturelle.

 Lieu et dates de ces journées d’études :

  • à Rennes le 7 avril 2017, Université Rennes 2, APP (Arts: Pratiques, Poétiques) ;
  • à Marseille le 19 mai, Aix-Marseille Université, LESA (Laboratoire d’Etudes en Sciences des Arts) ;
  • à Paris, Langarts, semaine du 26 juin (lieu et date à préciser).

Les propositions peuvent être faites en français ou en anglais. Proposals may be in French or in English.

PDF English version of the Call for communications herecall-for-papers-langarts-2017-workshops

Modalités :

Envoi des propositions par voie électronique comportant un titre, un résumé de 350 mots maximum et une courte biographie, affiliation institutionnelle éventuelle et bibliographie indicative, format Word.

Date limite de soumission des propositions: 30 novembre 2016 ; réponse donnée après avis du Comité scientifique la semaine du 9 janvier. Les contributeurs peuvent indiquer une préférence pour un lieu/date.

Contact : langarts@orange.fr.

 Argumentaire résumé

Les journées d’étude concerneront l’expérience esthétique produite par des installations comprises comme la mise en relation, par un auteur, d’un sujet observateur mobile et d’un environnement prescriptif. Elles viseront à mettre en lumière les mécanismes phénoménologiques, kinesthésiques, cognitifs et dialogiques qui régissent ces expériences, à travers plusieurs dispositifs artistiques (arts plastiques, musique, littérature, cinéma), en Occident comme en Asie. L’objectif est de mettre à jour :

– les représentations symboliques de soi induites par l’espace, le lieu dans lequel nous vivons, que nous habitons, que nous construisons par nos déplacements et contacts avec les personnes et les choses (espace social, affectif, mémoriel, territoire, espace naturel, voire « anthropocène » (l’espace naturel au service de l’homme).

– les enjeux de la construction de tels dispositifs esthétiques (enjeux subjectifs, symboliques, spirituels, politiques, de genre) et leur potentiel transformateur. Le passage par les autres arts permettra des passerelles entre imaginaire/mémoire et expérience.

On privilégiera les analyses appliquées à des œuvres précises, permettant de déterminer les conditions structurantes de l’émergence d’une telle expérience réflexive, d’en évaluer la nature et la richesse. Certaines communications pourront prendre la forme de performance ou d’expérience avec le public. Les contributions d’artistes exposant leur processus de conception et leurs attentes sont bienvenues. Les journées d’étude seront filmées.

 Mots clés : kinesthésie, chiasme, itinérance, interactivité, intersubjectivité, espace imaginaire, dystopie, porosité, dialogie, engramme.

Argumentaire développé

L’installation est apparue à la fin des années 1950 comme une nouvelle pratique des arts plastiques qu’elle a ainsi contribué à faire évoluer, déplaçant l’objet de la « plastique » (le modelage de la forme) d’un matériau circonscrit, à l’espace, espace intérieur – de la galerie ou du musée – ou espace extérieur – rural ou urbain, créant un espace virtuel perçu « comme une totalité unique » par le spectateur qui le parcourt (Bishop, 2005, 6).

Le spectateur se trouve ainsi immergé et engagé de manière kinesthésique et spatio-temporelle dans cet espace constitué à travers son corps qui est mis littéralement en mouvement, souvent de manière interactive et plurisensorielle par le dispositif, « le toucher, l’odorat et l’ouïe étant autant stimulés que la vue » (Bishop, 2005, 10-11). Ainsi le « modelage » concerne aussi l’expérience subjective du spectateur que l’installation prétend saisir « sur le vif », telle qu’elle se révèle au fur et à mesure de la marche dans ou autour de l’installation (id.).

La performativité de ces arrangements – souvent multi sensoriels et interactifs – sur la perception par le spectateur de sa relation à l’espace parcouru, constitue l’installation comme dispositif, révélateur des mécanismes dialogiques de nos perceptions de l’espace commun (Drouin-Brisebois, 2008) que Claire Bishop a caractérisé en quatre types : psychanalytique (comparable à un rêve), phénoménologique (mobilisant la perception proprioceptive du milieu), affectif (la notion de sujet décentré) et politique (mise en évidence d’espace de coercition mentale).

Installation et espace invisible

L’installation peut être composée d’éléments matériels tangibles, mais éventuellement intangibles (air, brume, lumière), visibles ou invisibles (installations sonores et olfactives), statiques ou mobiles (animées par des projections vidéo, des projections d’ombres ou de lumière sur des objets en mouvement etc.). A la différence de la sculpture dont l’espace auratique n’excède pas quelques mètres autour de l’œuvre, l’installation se saisit de l’entièreté de l’espace délimité par elle, à l’intérieur – jusqu’aux murs et plafond du bâtiment – comme à l’extérieur – jusqu’aux lignes d’horizon du paysage, convoquant parfois un sous-sol imaginaire (les Vortex d’Anish Kapoor, les craquelures de Doris Saceldo dans Shibboleth). Elle questionne parfois la relation du sujet à l’espace social et urbain, en témoignent les « maquettes de villes à manger » de Song Dong, les « maisons d’écrivains » de Julien Prévieux, les Monuments à Gramsci de Thomas Hischhorn.

On se propose ici d’aborder les mécanismes, potentialités et limites de l’installation au sens des arts plastiques.

Installation et architecture

Par extension on considérera l’architecture de l’exposition comme un dispositif d’installation, avec ses visées propres, qui seront questionnées, révélant les dispositifs muséographiques et leur rôle dans le conditionnement du spectateur (Duncan and Wallash, 1984, p. 44). Cette critique a été parfois elle-même formulée par des scénographies (exposition sur le vide d’Yves Klein chez Iris Clerc en 1958) ; parfois par des performances (Yoko Ono se faisant déshabiller dans l’espace du musée – Cut Piece, 1964 ; Marina Abramovic et Ulay’s forçant le visiteur à toucher leurs corps nus pour entrer dans la galerie – Imponderabilia, 1977 –  ou Tino Sehgal révélant le dispositif institutionnel – This success or this Failure, ICA à Londres en 2007, où une succession de guides allant de l’enfance à la séniorité conviaient le visiteur à déambuler dans l’espace vide de l’ICA, en l’interrogeant sur la notion de « succès ».

On se demandera ce qui est produit par ces dispositifs et si, en raison de l’inflation des « curateurs », comme des modalités multimédiales des dispositifs scéniques, les installations n’ont pas perdu de leur pouvoir performatif et critique pour devenir de simples événements de divertissement médiatique.

Installation et arts de la scène, musique, littérature, cinéma

Dans la logique pluriartistique de Langarts, les journées accueilleront l’étude de dispositifs spatiaux physiques ou imaginaires tels qu’ils se présentent dans d’autres pratiques artistiques sous réserve de leur similitude typologique avec les installations au sens des arts plastiques : centrés autour d’un sujet négociant de manière performative et interactive un espace invisible, mais symboliquement prégnant,  dans un parcours spatio-temporel.

Pour les performances et arts de la scène citons l’expérience d’Andrea Giomi à Nice construisant une interactivité entre un espace et un performeur, selon diverses modalités « actives, passives », associant le corps et le son. Pour la musique, les dispositifs musicaux loufoques réalisés par Mauricio Kagel dans Ludwig Van en 1970, dans lesquels il apparaît que la main du pianiste est activée par la chaise sur laquelle il se trouve. Pour le cinéma, les pérégrinations mémorielles d’Alexei, héros de Miroir d’Andrei Tarkovsky et double du réalisateur (voir Deleuze, 1983), ou encore les films/installations autocentrés d’Amar Kanwar (A Season outside, 1997). En littérature ce sont les promenades littéraires de Walter Benjamin dans Passages (voir Depraz, 1999), le récit proustien au travers des souvenirs de l’auteur de la Recherche ou encore On the road de Jack Kérouac qui peuvent être concernés.

On notera que dans ces exemples l’auteur qui construit l’espace est également celui qui déambule, qui en fait l’expérience, et qui narre une expérience passée. Aussi pour être pertinentes ces contributions devront privilégier des situations où l’auteur saisit la rencontre entre lui-même et un espace dystopique, dans le moment même de son apparition, ou bien dans la résurgence pulsionnelle du souvenir. Il s’agira alors notamment d’examiner le rôle de la mémoire et celui du médium qui la reproduit/réactive (langage, film, sons, photographie) dans la construction de l’espace imaginaire.

L’approche Asie/Occident qui est au cœur de la démarche de Langarts permettra enfin de mettre en évidence le caractère culturel de la perception de l’espace et du sujet (on pense notamment aux thèses d’Augustin Berque sur l’espace-lieu au Japon mais aussi aux installations miroir de Qiu Zhijie évoquant le culte des ancêtres en Chine, et aux installations de Song Dong, mettant en évidence la notion bouddhiste de « paysage intérieur »).

Cadre théorique

Si la phénoménologie offre un cadre conceptuel incontournable à l’analyse de l’expérience de l’installation, tant du point de vue de l’influence qu’elle a eu sur certains artistes que comme outil herméneutique, d’autres modèles d’analyse venant notamment des sciences cognitives (Varela, Shear, 1999 ; Depraz, 2014), de la théorie des affects (Colombetti, 2014), de la psychanalyse, de l’esthétique (notion de « paysage relationnel », Massin, 2013), notion de l’œuvre d’art comme dispositif de jeu, avec ses propriétés et ses règles, formulée par Gadamer (1989, p. 102 et sq.) peuvent être également utilement explorés.

Les contributions devraient permettre d’éclairer le caractère subjectif de l’espace parcouru et d’aborder la notion de géographie imaginaire comme procédé de recentrement, de libération institutionnelle (Rogoff, Massey, Creswell). Elles permettront plus généralement de théoriser la relation entre espace mental et espace physique, la préséance de l’un sur l’autre, ses mécanismes, ses rythmes, ses enjeux (notamment la relation évènement / mémoire / affects / cognition).

Ouvrages cités :

– Bishop, Claire, Installation Art a critical history, Londres, Tate Publishing, 2005.

– Colombetti, Giovanna, The Feeling Body : Affective Science Meets the Enactive Mind, Cambridge (MA), Londres, MIT Press, 2014.

– Cresswell, Tim, Geographies of Mobilities : Practices, Spaces, Subjects, Londres, Routledge, 2011.

– Deleuze, Gilles, L’Image-temps, Paris, Minuit, 1983 (and in  David Menard, A Deleuzian Analysis of Tarkovsky’s Theory of Time-Pressure, Part 2, Off Screen, Vol 7, n° 8 / Août 2003, en ligne http://offscreen.com/view/tarkovsky).

– Depraz, Nathalie, Écrire en phénoménologue : « une autre époque de l’écriture », La Versanne, Encre marine, 1999.

– Depraz, Nathalie, Attention et vigilance : à la croisée de la phénoménologie et des sciences cognitives, Paris, PUF, 2014.

– Drouin-Brisebois, Josée, Caught in the Act : the Viewer as Performer, New York, ABC Art Books, 2008.

– Duncan, Carol et Wallach, Alan, The museum of Modern Art as late capitalist ritual : An iconographic analysis, Civilizing Rituals, Marxist perspectives, hiver 1978, p. 44.

– Gadamer, Hans-Georg, Truth and method, New York, Continuum, 1989.

– Massey, Doreen, For Space, Londres, Sage, 2005.

– Massin, Marianne, Expérience esthétique et art contemporain, Paris, PUR, 2013.

– Rogoff, Irit, Terra Infirma, Londres, Routledge, 2000.

– Varela, Francesco et Shear, Jonathan, The view from within, Journal of Consciousness Studies, vol. 6, n° 2-3, 1999.

Autres références bibliographiques préliminaires:

Qu’est-ce que l’art de l’installation

– Bishop, Claire Antagonism and Relational Aesthetics, October, 2004, en ligne http://www.teamgal.com/production/1701/SS04October.pdf.

Interactivité et corporéalité

– Broadhurst, Susan et Machon, Josephine (dir.), Performance and Technology: Practices of

Virtual Embodiment and Interactivity, Londres, Palgrave Macmillan, 2011.

– O’Rourke, Karen, Walking and mapping Artists as cartographers, Cambridge (MA), MIT Press, 2016.

– Pine, B. Joseph, Gilmore, James, The Experience Economy: Work Is Theatre and Every Business a Stage, Boston, Harvard Business School Press, 1999.

Phénoménologie et sciences cognitives

– Depraz, Nathalie, Parant Noémie, L’écriture et la lecture: des phénomènes miroir ? : l’exemple de Sartre, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2012.

Audience et théorie de la réception

– Holub, Robert C., Reception theory: a critical introduction, London, Methuen, 1984.

– Roppola, Tina, Designing for the Museum Visitor Experience, New York, Routledge, 2013.

– Falk, John H., Identity and the Museum Visitor Experience, New York, Left Coast Press, 2009.

– Bishop, Claire (dir.), Participation, Londres, White Chapel Gallery, Cambrige (MA), MIT Press, 2006

– Rugg, Judith, Exploring Site-Specific Art: Issues of Space and Internationalism. 2010.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *