Brèves de la Conférence sur Li Bo par Sergey Toroptsev

La conférence sur Li Bo fut un grand moment (à Paris et à Lyon où la conférence pouvait être suivie en visio grâce à Marie Laureillard, coordinatrice sur Lyon des activités de l’axe scientifique « Langages artistiques, Asie-Occident », en particulier pour le groupe Marge de Lyon 3, déjà partenaire mais aussi pour l’IETT auquel elle est rattachée). Sergey Toroptsev est un éminent chercheur et professeur russe qui s’est intéressé pendant les treize dernières années à cet éminent poète de la dynastie Tang, au point de le sentir lui souffler à l’oreille les traductions en russe de ses poèmes. Il a ainsi publié 500 poèmes dans un ouvrage primé en Russie. Sa présentation en russe, avec traduction en français de Valentina Chepiga – diapo par diapo car la conférence était illustrée de photos, dessins et poèmes – a approché la personnalité de Li Bo sous divers angles, le faisant proche et mystérieux à la fois. L’auditoire était sous le charme. La conférence ayant fait l’objet d’un tournage, son contenu sera accessible sur les archives audiovisuelles de la recherche (des indications seront données ultérieurement à ce sujet).

Au cours de la discussion dirigée par Rémi Mathieu (qui prépare une anthologie de la poésie chinoise pour la collection « La Pléiade » chez Gallimard), les questions de Marie Laureillard et Laurent Mattiussi à Lyon puis Gérard Dupuy, Muriel Detrie et Florence Lautel-Ribstein à Paris ont tourné autour de l’intensité énergétique, de la traduction de 假 jia dans le poème avec le vent et le feu et de l’interprétation de ce poème (d’un état de rêve avec prise de conscience de soi ou du dédoublement créé par l’état de rêve), de la façon dont Sergey Toroptsev devient Li Bo en traduisant, du rapport différent entre sujet et objet… La façon de traduire de Sergey est lyrique (la langue et le tempérament russes). À propos des quelques différences repérées par Valentina sur certains vers dans traductions en français à partir du chinois (elle-même étant en mesure d’apprécier la différence avec la traduction en russe à partir du chinois), Rémi Matthieu rappelle avant de conclure combien il est important de lire les commentaires anciens et modernes pour décider entre plusieurs éventualités.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *