Exposition-Performance LangArts

L’artiste invitée du Colloque international « L’instant et l’essence de l’inspiration à la croisée des arts et des cultures » est Eva IBÁNEZ CANO. Exposition pendant la durée du colloque et démonstration pour la clôture.

Mercredi 27 juin 2018, vernissage à 17h00  (Salle Pierre Demargne)

: « La forêt de shakuhachi » par Eva IBÁNEZ CANO (Artiste, Barcelone-Japon), avec un moment musical au shakuhachi (flûte japonaise) par Eric B WÜERSTEN

Eva : « Lors de ma première visite au Japon, il y a 13 ans. Toshi Abiko et sa femme Madoka m’ont emmenée visiter une forêt de bambou spectaculaire. Je me rappelle comme si c’était hier de l’impact, la sensation, la verticalité des longues tiges, interrompue paradoxalement par les lignes horizontales qui coupent structurellement chaque tige. La couleur vert profond, la lumière qui traverse les feuilles à la cime et se fraie un chemin à travers les tiges… J’étais fascinée par sa beauté, sa musique, les traits végétaux.

Il y a quelques années, je suis retournée passer 6 mois au Japon, dans un petit village côtier du nom de Shirahama, dans la préfecture de Shizuoka. Là-bas j’ai vécu en immersion dans la culture, les coutumes, la communauté, la famille et la nature. J’ai pu profiter des forêts de bambou au gré de mes promenades quotidiennes, pendant que je perfectionnais mon art du trait. D’une certaine façon la forêt est entrée dans mon œuvre pour en devenir une partie intégrante, et le rester. C’est aussi là-bas que j’ai réalisé mon premier Bokushou de Chikurin (forêt de bambou), et que j’ai entrepris des recherches sur les nouvelles possibilités de l’encre et du papier. Et à Barcelone j’ai opté pour continuer dans ce sens, remplir de vide les espaces, suivre le chemin du trait au-delà de la finitude du papier. »

Le Shakuhachi est une flûte japonaise qui se tient verticalement, elle est fabriquée en bambou et était utilisée traditionnellement par les moines de la secte Fuke Zen dans le Japon ancien. Ils pratiquaient une sorte de méditation à travers le son et le souffle de cette dernière.

Vendredi 29 juin 2018, 18h00-19h00  (Salle Pierre Demargne)

Démonstration de Bokushou (calligraphie japonaise contemporaine) par Eva IBÁNEZ CANO

 

 

 

 

 

 

Le mot de KIM Hyeon-Suk (artiste et Commissaire d’expositions Langarts) :

Sur le thème de la forêt de shakuhachi (flûte de bambou japonaise), l’artiste espagnole, Eva IBÁNEZ CANO présente onze sumi-e (墨絵), peinture à l’encre, sur papier japonais (dimensions variables, de 60 x 50 cm à 120 cm). Elle a également réalisé une sumi-e au cours d’une performance Bokushou (calligraphie contemporaine) accompagnée la musique de shakuhachi, par Eric B WÜERSTEN.

Lors du vernissage en ouverture, le public a pu contempler ses œuvres picturales et ressentir en empathie méditative l’empreinte de l’éphémère et de l’intemporel à travers les traits ou lignes, points ou tâches posés et reliés par ses gestes.

Puis, en clôture de l’événement, ce sont justement ses gestes que l’on a pu observer, en improvisation calligraphique : prenant le rythme, portés par la mélodie de la flûte, dans un mouvement, déployant sa pratique du yoga et de la danse, qui suit la fluidité du vent. Son tracé suit l’esprit de Jung jung dong (le mouvement dans le calme). L’ensemble dévoile ainsi un paysage abstrait, fluide, vivant et méditatif.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.