Echos du Festival Sept cordes

Les concerts, ateliers et conférences-concerts d’une délégation du Conservatoire de Shanghai emmenée par DAI Xiaolian à l’occasion de ce premier festival universitaire autour de la cithare qin ont eu beaucoup de succès avec le soutien d’institutions prestigieuses (Musée Guimet, Sorbonne université, INHA… voir flyer : Flyer 7 cordes)

PROGRAMME DU FESTIVAL SEPT CORDES

Mercredi 6 février 2019 – Musée Guimet Salon Pelliot de l’Hôtel d’Heidelbach

Ouverture : présentation de la lutherie chinoise

Présentation de Ni Shiyun 倪诗韵, traduction de Simon Debierre.

 

 

 

 

 

 

Voir fiche de présentation (PDF) : LIVRET DU LUTHIER NI SHIYUN 倪诗韵

Il présente notamment les étapes de fabrication de l’instrument (extraits en images) :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mercredi 6 février 2019 – Musée Guimet – Auditorium

CONCERT

  1. Xing tan 杏壇 (Terrasse aux abricotiers)

Air du manuel Xilutang qintong西麓堂琴統 [1525], restauré (dapu 打譜) par DAI Xiaolian 戴曉蓮 (2000) et arrangé par le compositeur Han Wenhe 韓聞赫 (2017).

Interprètes : à la cithare gugin 古琴, DAI Xiaolian 戴曉蓮, DEBIERRE Simon, LU Xiaozi 陸笑姿, RU Yi 茹奕, NI Yumeng 倪羽朦, ZHAI Xinlai 翟忻來.

Contexte historique : anecdote sur l’enseignement de Confucius père de la pensée chinoise, symbole ici de la transmission de maître à élève, tradition encore vivante dans l’art du guqin.

Un jour, Confucius et ses disciples se retrouvèrent à une terrasse sur laquelle le maître planta un petit abricotier. Caressant l’arbre, ce dernier dit : « les fruits féconds de l’abricotier symbolisent mes disciples qui se disperseront aux quatre coins du monde. La rectitude de son tronc représentera leur honnêteté. Ces fruits peuvent aussi bien être comestibles que produire des remèdes. À l’image de cet arbre, mes disciples doivent trouver leurs places en ce monde. Ainsi se nommera ce lieu ».

Note : la restauration dapu 打谱consiste à interpréter une tablature dénuée d’indication rythmique.

  1. Mozi beisi 墨子悲絲 (Soieries et mélancolie de Mozi)

Air du manuel Wuzhizhai 西麓堂琴統 [1722], restauré (dapu 打譜) par WU Jinglüe 吳景略 (1907-1987). Interprète : à la cithare guqin 古琴, ZHAI Xinlai 翟忻來.

Contexte historique : thème du fondateur de la doctrine philosophique du même nom, le mohisme, avec extrait du 3e chapitre du livre éponyme. Anecdote de Mozi qui soupire à la vue de la soie en cours de teinture, symbolisant la versatilité de la condition humaine.

  1. Hangong qiuyue 漢宮秋月 (Lune d’automne sur le palais des Han)

Adaptation par HUO Yonggang 霍永剛 (né en 1967). Interprètes : à la cithare gugin 古琴, RU Yi 茹奕 et à la vièle erhu 二胡, WANG Yue 王樂.

Contexte historique : thème de la concubine impériale Ban Jieyu, favorite puis délaissée par l’empereur Chengdi des Han (r.-51-7 av . notre ère).

  1. Bijuan liuquan 碧澗流泉 (Fontaines et torrents d’émeraude)

Version transmise par YANG Xinlun 楊新論 (1898-1990) à partir de l’air du Manuel Gugangyipu 古岡遺譜 (XIXe siècle). Interprète : à la cithare gugin 古琴, RU Yi 茹奕.

  1. Guiqulai ci 歸去來辭 (Je m’en retourne !)

Inspiré par un poème de Tao Yuanmin 陶淵明 (365-427), restauré (dapu打譜) en 1935 par LIU Jingshao 劉景韶 (1903-1987) à partir du manuel Zhenchuanzhengzong [1609], puis adapté par le compositeur KONG Zhixuan 孔志軒. Interprètes : à la cithare gugin 古琴, RU Yi 茹奕 et ZHAI Xinlai 翟忻來; voix, NI Yumeng 倪羽朦, flûte xiao 簫 WANG Junkan 王俊侃.

  1. Liushui 流水 (Eaux qui coulent)

Version transmise par WEI Zhongle 衛仲樂 (1909-1997) à partir du Tianwenge qinpu 天聞閣琴譜 [1876]. Interprète : à la cithare gugin 古琴, LU Xiaozi 陸笑姿.

  1. Xiao nishang 小霓裳 (Petite robe)

Adaptation de la mélodie en style jiannan sizhu 江南絲竹 par HU Hengluan 胡蘅栾. Interprètes : à la cithare gugin 古琴, LU Xiaozi 陸笑姿 ; à la flûte xiao 簫, WANG Junkan 王俊侃, et à la vièle erhu 二胡, WANG Yue 王樂.

  1. Guangling san 廣陵散 (Air de Guangling)

Air du manuel Shenqi mipu 神奇秘譜 [1425], Restauré (dapu 打譜) par GUAN Pinghu 管平湖 (1897-1967). Interprète : à la cithare gugin 古琴, DAI Xiaolian 戴曉蓮.

Jeudi 7 février 2019 – Sorbonne université – Campus Jussieu

Ateliers découverte de la culture chinoise : calligraphie, cérémonie du thé (séances en petits groupes)

                          

 

Jeudi 7 février 2019 – Sorbonne université– Amphithéâtre Richelieu

Les traditions musicales de Chine :

l’art du qin aujourd’hui, entre développement, héritage et innovation.

CONFERENCE-CONCERT présentée par DAI Xiaolian, traduction de Simon DEBIERRE.

Ce concert pédagogique alternait la présentation de la conférencière, l’illustration instrumentale par les membres de la troupe « Sons cristallins » et un moment d’échange avec le public.

Une première partie fut consacrée à la manière dont madame Dai met en perspective historique l’art millénaire de la cithare qin. Une seconde s’attachait à présenter la contribution du Conservatoire de Shanghai à l’essor actuel de cet art. L’ensemble se terminait par l’ouverture d’un dialogue avec le public.

Les interventions musicales :

Pingsha luo yan 平沙落雁 (Les oies sauvages se posent sur un banc de sable), démonstration (extrait) par DAI Xiaolian.

Cheng lou fu 城樓賦 (Rhapsodie de la muraille), projection vidéo (extrait).

Gu Wu 古舞 (Danse ancienne), composition de Wang Jianmin 王建民 (2011), démonstration (extrait) par Lu Xiaozi 陸笑姿 (guqin) et M.Wang Junkai 王俊凱 (piano).

Concerto pour guqin, Dongfang simiao 東方寺廟 (Temple oriental), projection vidéo (extrait), composition de Wang Zheng 王征 (2016), orchestre du Conservatoire national de musique de Shanghai.

L’échange avec le public était bienvenu (photos)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vendredi 8 février 2019 – INHA – auditorium

Une spécificité de la musique instrumentale chinoise : le “run qiang 润腔.

Conférence-concert de ZHANG Wenlu, traduction de Simon DEBIERRE.

Ce concert pédagogique alternait la présentation du conférencier, l’illustration instrumentale par les membres de la troupe « Sons cristallins » et un moment d’échange avec le public.

L’introduction donnait des éléments de définition du terme de run qiang 润腔 qui désigne un ensemble d’ornementations effectuées par le musicien. Un premier moment s’attachait à présenter la déclinaison de ce concept au guqin 古琴. En particulier, les vibratos yin 吟 et nao 猱 et les glissandos chuo 绰 et zhu 注 illustrés à travers les morceaux suivants :

Meihua san nong 梅花三弄 (Trois variations sur la fleur de prunier),

Pingsha luo yan 平沙落雁 (Les oies sauvages se posent sur un banc de sable),

par Lu Xiaozi 陸笑姿 (guqin).

Un deuxième moment s’attachait à présenter la déclinaison de ce concept aux flûtes traversière di 笛et droite xiao 箫 (dont les partitions ne précisent pas les ornementations) avec différentes techniques d’ornementation illustrées à travers les deux morceaux représentatifs suivants :

Huanle ge 欢乐歌 (Chanson joyeuse),

Yang bian cui ma yun liang mang 扬鞭催马运粮忙 (La livraison du grain par cheval),

par Wang Junkai 王俊凱 (flûte).

Un troisième moment s’attachait à décliner le « run qiang » à la vièle erhu 二胡 à travers un des chefs-d’œuvre du compositeur Liu Tianhua 刘天华 (1895-1932) :

Kong shan niao yu 空山鸟语 (Le chant des oiseaux résonne dans la vallée), par WANG Yue 王樂 (vièle).

Une dernière illustration musicale fut proposée à travers le trio pour cithare guqin 古琴 vièle erhu 二胡 et flûte di 笛intitulé Xiao nishang 小霓裳 (Petite robe), par LU Xiaozi 陸笑姿 (guqin), WANG Junkan 王俊侃 (flûte)  et WANG Yue 王樂 (vièle).

Les photos sont de Véronique Alexandre Journeau et Elisabeth de Pablo. Les enregistrements vidéo seront mis en ligne par Elisabeth de Pablo sur HAL archives ouvertes (CNRS).

L’initiative de cet événement revient à Gilles Demonet et Véronique Alexandre Journeau dans le cadre du partenariat de Sorbonne université avec Langarts, la réalisation est le fait de l’association Goûts de Chine fondée par des étudiants en Master du premier (Thomas Cardineau, Camille Montandreau, Thomas Niel et Wen Meilun) et des membres fondateurs du salon de musique autour de la cithare qin de la seconde (Simon Debierre et Zhang Na).

L’association Goûts de Chine remercie également l’Institut Confucius de Paris Diderot et l’Ambassade de Chine qui avaient organisé, à la clôture du festival, un moment musical et convivial entre les membres de la délégation venue de Shanghai et les participants réguliers des cours de guqin donnés par Meng Lingchen pendant l’année dans le cadre de l’Institut Confucius.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.