Programme de la journée d’études « Figure et Figuration » du 12 avril

Invention de la figure siteCette journée, organisée par Violaine Anger dans le cadre de « Langages artistiques, Asie-Occident », avec le concours de Véronique Alexandre Journeau (Réseau Asie),  s’insère dans le séminaire « Métaphores et cultures, en mots et en images » qui a débuté en septembre 2011 avec une première publication collective parue en octobre 2012. Après ce premier bilan d’étape, il apparaît que « la figuration » doit être repensée, dans son fondement comme dans son rôle. La notion de figure joue un rôle-clé dans l’élaboration de la rhétorique occidentale, pensée comme un écart par rapport à la norme. Elle est travaillée dans le domaine pictural et associée à la représentation. Cette dernièresuppose le passage par le concept, l’idée claire, et a connu sa fortune à l’époque classique, au moment où une conception mécanique du monde invitait à relire Aristote et s’en inspirer dans le domaine des Beaux-arts. A la figuration picturale correspond, en musique, le style représentatif. Ce dernier désigne d’abord, très concrètement chez Monteverdi, les madrigaux qui peuvent être donnés sur scène. Mais le terme est progressivement étendu à toutes les manières de faire signifier la musique en recourant à des idées exprimables. Jacques Rancière dans La Parole muette, a tenté de décrire cet échafaudage théorique daté dont Anne-Marie Christin, dans L’Invention de la figure, montre le lien à la pensée alphabétique, en invitant à penser la figure à partir de l’infinie malléabilité des écritures figuratives. La figure est-elle l’opposé de la métaphore, en supposant une idée claire que celle-ci, expérience du monde, refuse ? La figure doit-elle être comprise seule, ou dans un contexte qui la dilue ? Dans quel contexte précis la notion de figure a-t-elle été utilisée ? A quelle fin ? La notion de figure est-elle encore pertinente ?

La journée faisant se confronter autour de ce thème des réflexions croisées sur les différents arts, ainsi que les différentes approches culturelles, permettra de faire progresser la réflexion. Lieu: Bâtiment Le France, 6e étage (salle 641), 190 avenue de France, Paris 13e.

 PROGRAMME

Présidence de la matinée : Michèle Barbe (Professeur émérite de l’université Paris Sorbonne Paris 4)

10h00-11h30   Conférence d’ouverture : « Figure et écriture : l’imaginaire lettré » par Anne-Marie Christin (Professeur émérite de l’université Paris Diderot-Paris 7 et directrice du Centre d’étude de l’écriture et de l’image), auteure de l’ouvrage L’invention de la figure (Flammarion, coll. « Champs arts », 2011)

Pause café

12h00-13h00

« Le mitate : une figure d’association sur la base de l’écart »  par Sumie Terada (Professeur des universités à l’Inalco, anime la recherche sur le Roman du Genji, XIe siècle, au CEJ)

« Figure, rôle , type, quelle définition donner aux  personnages de Kathakali » par Françoise Quillet (Maître de conférences HDR à l’université de Franche-Comté, directrice adjointe du CIMArtS)

Pause déjeuner

Présidence de l’après midi : Jean-Marc Chouvel (Professeur des universités à Reims)

14h30-16h00

« La figure musicale, de son apparition théorique à sa dissolution » par Violaine Anger (Maître de conférences HDR à l’université d’Evry Val d’Essonne  et à l’Ecole polytechnique, membre du CERCC)

« Figures de dévotion ? Figures de conversion ? La chanson mariale des Miracles de Nostre Dame de Gautier de Coinci » par Claire Chamiyé (Professeur agrégé de musique, Musiconis)

« Au-delà de l’idéogramme, de la figure à la figuration et au figuralisme dans les écritures poétique et musicale chinoises » par Véronique Alexandre-Journeau (Chercheure, Dr2 et HDR, dirige l’axe scientifique  « Langages artistiques, Asie-Occident » au Réseau Asie, CNRS, en partenariat interuniversitaire)

Pause thé

16h30-17h30

« Figuralisme et modernité : l’exemple de Maurice Ravel » par Philippe Malhaire (Agrégé de musique, Dr en musicologie de Paris Sorbonne, rédacteur en chef de la revue musicale Euterpe)

« Figure et figuration chez Lo Ch’ing, un peintre taiwanais néolettré » par Marie Laureillard (Maître de conférences à l’université Lumière-Lyon 2, membre de l’Institut d’Asie Orientale)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *