Langarts hors les murs

avec la participation de membres permanents de Langarts à un colloque interdisciplinaire sur la musique à Wuhan (Chine) du 11 au 14 novembre, une conférence au CEEI le 10 décembre, une conférence double sur des échanges musicaux sur la route de la soie à Nantes le 17 décembre 2019.

(1) Invitées par Zhang Na (professeur à l’université Jianghan de Wuhan) du 9 au 19 novembre 2019, Violaine Anger, Lucie Rault et Véronique Alexandre Journeau participent à un forum musical autour des notions de 知音 zhiyin (connaisseur et ami) et de 高山 – 流水 (montagnes et eaux). Une double publication en chinois cette année et en français ultérieurement suivra.

(2) Véronique Alexandre Journeau donne une conférence intitulée “la lettre poétique et la ligne musicale” dans le cadre du CEEI (Centre d’études de l’écrit et de l’image) le 10 décembre à 14h00 à l’INHA (2 rue Vivienne / 6 rue des petits champs, Paris 2e), salle Mariette.

Résumé – Un genre de poésie chantée, né à la fin des Tang (唐), connaît un essor remarquable sous les Song (宋, 960-1279) : c’est le règne du “ci (詞)” poème chanté, genre populaire aussi bien que savant. Les poètes doivent composer sur une mélodie donnée et perfectionnent lors de joutes poétiques, au gré de la circulation d’une coupe de vin, l’art et la manière de faire se correspondre la lettre poétique et la ligne musicale, correspondance qui est l’objet de la conférence.

(3) Véronique Alexandre Journeau et Zhang Na donnent ensemble une conférence intitulée “Revitalisation à l’Est d’inventions rejetées à l’Ouest en matière de notation musicale” le mardi 17 décembre de 17h00 à 19h00 à Nantes dans le cadre du séminaire transversal sur la route de la soie organisé par Mme Mallet-Jiang (Faculté des langues et cultures étrangères/Chinois) et Philippe Postel (UFR Lettres et langages/Littérature comparée) de l’université de Nantes.

Résumé – Des manuscrits de notation musicale, datés autour de 933, ont été découverts à Dunhuang sur la route de la soie. L’interprétation de cette notation est toujours à l’étude parce que les signes utilisés n’appartiennent pas à une langue repérée et que le luth auquel elle sert, répandu dans le monde, a lui-même voyagé. Appelé pipa en Chine et biwa au Japon, l’instrument est arrivé par la route de la soie au début de notre ère. Or, à la même époque, une méthode pour noter la musique pour le luth arabe (ud) avait été inventée, sans succès. En la matière, ce serait la première mais pas la dernière fois qu’une idée rejetée en Occident trouve son public en Chine puisque, au début du xxe siècle, c’est la notation inventée par Jean-Jacques Rousseau en 1742 qui, après avoir été un échec en Europe, a été adaptée puis généralisée en Chine (cf. thèse de Zhang Na). Dans le premier cas, le principe d’une méthode pour noter un air de musique était nouveau et l’idée s’est propagée jusqu’en Corée et au Japon à une époque (dynastie Tang) où la Chine était la référence du monde asiatique. Dans le second cas, l’idée est passée par le Japon ‒ où elle n’a pas été retenue à une époque où la modernité venait de l’Occident ‒ pour entrer en Chine. Nous proposons de présenter la nature d’un transfert qui s’est fait dans les deux cas, la façon dont Chine a sinisé des procédés initialement rejetés dans le pays de leurs concepteurs, leur procurant une nouvelle vie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.