Séance “Nuit” de janvier

Le séminaire “La nuit à la croisée des arts et des cultures : perceptions, imaginaires, représentations” se poursuit le vendredi 17 janvier 2020, à la Maison de la recherche de la Sorbonne, salle D223 (28 rue Serpente, 75006 Paris). Affiche avec résumés ci-après.

Illustration : Bill Viola, The Sleep of Reason, 1988, Video/sound installation continuously running (Photo: ©Kira Perov).

Affiche avec illustrations : Séminaire nuit affiche 17 janvier 2020

Présentation des deux conférences

La nuit dans l’œuvre d’Anish Kapoor, métaphore d’un voyage inconscient inspiré du mythe de Kali par Christine Vial Kayser

Anish Kapoor s’est tourné dans les années 1990 vers l’ésotérisme hindou à la suite d’une psychanalyse jungienne. Il parvient dans ses œuvres telles que Leviathan à rendre compte de l’universalité psychique des notions de voyage inconscient dans le noir, et ainsi à éclairer la notion d’inconscient collectif jungien.

Christine VIAL KAYSER est conservatrice du Patrimoine et professeur des universités. Chercheur associé au Creops-Sorbonne, elle enseigne à l’Institut catholique de Paris. Ses recherches concernent le rôle de l’art, plus particulièrement l’art contemporain occidental et asiatique (Chine, Inde, Pakistan), dans la construction et la transformation d’un imaginaire collectif. Elle est notamment l’auteur d’Anish Kapoor : le spirituel dans l’art (PU de Rennes, 2013) et de Marcel Duchamp : le grand verre et la grande guerre (PU de Provence, 2019) et a co-dirigé avec Véronique Alexandre Journeau Notions esthétiques (L’Harmattan, 2015) et Penser l’art du geste : en résonance entre les arts et les cultures (L’Harmattan, 2017).

 

L’écriture de la déconstruction de la nuit dictatoriale (Amérique latine) par Céline Richard

La nuit de l’oppression est un topos littéraire très ancien, présent notamment dans la littérature judéo-chrétienne. Un engouement pour ce thème se manifeste à travers la littérature de témoignage latino-américaine contemporaine relative aux périodes de dictature militaire. Certaines représentations de la nuit dictatoriale seront analysées afin de réfléchir au devenir réel, imaginaire ou rêvé de celle-ci et à sa fin possible. En effet, les stratégies narratives révèlent une fragilisation de la nuit dictatoriale, son effritement, voire son irrévocable destruction.

Après un parcours en philosophie, en religions et en littérature générale et comparée, Céline RICHARD est actuellement doctorante de 3e année à Sorbonne Université. Sa thèse porte sur la littérature de témoignage engagée contre des formes de terrorisme étatique et supra-étatique en Amérique latine et dans des pays francophones. Ses recherches actuelles ont principalement trait à l’écriture de la mémoire traumatique et sur la mémoire littéraire des « disparus » et de la survivance. Par ailleurs, elle s’est initiée à l’astronomie grâce à des formations de l’Observatoire de Paris-Meudon. Fascinée par la nuit étoilée, les galaxies et les mystères de l’Univers, elle mène aussi un projet d’écriture sur le long terme, lié aux représentations littéraires du cosmos.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.