Séance “Nuit” de février

La prochaine séance du séminaire Langarts sur la nuit a lieu le vendredi 14 février de 10h à 13h, Maison de la Recherche de la Sorbonne (salle D116). Vous y êtes bienvenus !

Illustration d’annonce du séminaire : Bill Viola, The Sleep of Reason, 1988, Video/sound installation continuously running (Photo: ©Kira Perov).

Affiche : Séminaire nuit affiche 14 février 2020

PROGRAMME

La nuit dans quelques films japonais : entre truands et poètes par Jacline Moriceau

A partir d’exemples tirés des films de Kurosawa Akira et Teshigahara Hiroshi, nous envisagerons la nuit dans le cinéma japonais sous un double éclairage : 1. La nuit à hauteur d’homme en tant qu’elle offre à celui-ci le repos du sommeil, des songes mais aussi des cauchemars ; qu’elle modifie la perception de nos sens pour susciter des sensations et des émotions particulières, qu’elle libère les fantasmes mais aussi favorise la fuite ; qu’elle est peuplée de tout un monde festif ou dangereux visible ou invisible durant le jour comme les fantômes. 2.  La nuit à l’échelle du cosmos trouve un intercesseur avec la lune. La nuit, en favorisant le silence et la solitude à la lumière de la lune, permet à l’individu de s’ouvrir à l’invisible par la méditation pour se (re)trouver ; de (re)trouver le lien originel avec la nature et sa place au sein du cosmos (fête de la pleine lune d’automne et de la lune montante) ; et ainsi de se (re)trouver au cœur les grands mythes de l’humanité.               

Jacline MORICEAU, agrégée de lettres modernes, a enseigné dans des classes préparatoires aux grandes écoles et à la préparation de l’ENA. Auteur d’une monographie sur Hiroshi Teshigahara (à paraître), elle a publié de nombreux articles sur le cinéma japonais et anglophone, parmi lesquels « Figurer le rêve : Rêves d’Akira Kurosawa » dans Patricia-Laure Thivat (dir.), Le rêve au cinéma, Ligeia, 2014, et « Sous le signe du masque : de quoi les fantômes sont-ils le signe chez Teshigahara ? » dans Marie Laureillard et Vincent Durand-Dastès (dir), Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui, Presses de l’Inalco, 2017.

Noire, claire ou blanche : quelle est la couleur de la nuit pour le poète romantique ? par Bérangère Chaumont

« Le romantisme, c’est l’étoile qui pleure, c’est le vent qui vagit, c’est la nuit qui frissonne » : selon ces propos d’un personnage d’Alfred de Musset, la nuit romantique serait étincelante et lyrique. Cette vignette du poète amant de la lune côtoie dans les vers de la première moitié du xixe siècle une autre posture, celle du malheureux égaré dans les ténèbres fantastiques. En réalité, ces stéréotypes relèvent de représentations déjà anciennes d’une nuit, certes ambivalente, mais toujours désertée et solitaire. Outre l’exploration de ces différentes présences sensorielles et conceptuelles de la nuit claire ou noire, l’objectif de cette communication sera de faire la lumière sur des nuits poétiques plus originales et nouvelles à cette époque : des nuits blanches, chambres d’échos bruyantes d’un Paris éclairé et agité, reflets d’une époque qui annonce le mythe de la ville-lumière.

Agrégée de lettres modernes en poste dans l’enseignement secondaire, Bérangère CHAUMONT est aussi chargée de cours à l’université de Nantes. Elle est l’auteur d’une thèse de littérature française du xixe siècle soutenue à l’université de Rouen le 1er décembre 2017, « Noire et blanche » : La fête de nuit dans la littérature romantique », en cours de publication aux éditions Honoré Champion. Elle poursuit désormais ses travaux sur la nuit dans le romantisme français, notamment en poésie, en tant que chercheuse associée à L’AMo (EA 4276) de l’université de Nantes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search