Séminaire Liberté en création du 12 novembre

Première séance du nouveau séminaire Langarts (novembre 2021-Juin 2023), dirigé par Zélia CHUEKE, Isaac CHUEKE et KIM Hyeon-Suk (voir argumentaire mis en ligne le 06/07/21), le vendredi 12 novembre à la Maison de la recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, salle D116) de 10h00 à 13h00, avec possibilité de suivi à distance. Au programme : “Liberté de création et circulation des spectacles” par André Helbo et “Comment exercer encore sa création à l’heure de la reproductibilité technique ? Réflexions sur la création dans la photographie contemporaine” par Michel Sicard. Contact : liberteencreation@gmail.com

Télécharger l’affiche : 1e séance-Liberte en création

Liberté de création et circulation des spectacles par André Helbo

Picasso soulignait que toute création commence par une destruction. La liberté de création relèverait-elle de l’injonction paradoxale ? la question mérite d’être posée, particulièrement en ces temps de crise, où les notions de norme, d’inventivité, de fiction, de vérité sont devenues poreuses. La double contrainte de la liberté et de ses déterminations pèse de façon spécifique sur les processus de circulation du spectacle vivant. Nous analyserons quelques trajectoires de la créativité, en isolant variables et invariants des circuits de production/de réception des spectacles.

André Helbo est Professeur émérite à l’Université libre de Bruxelles, où il a créé la filière et le programme Erasmus Mundus en arts du spectacle vivant. Directeur de 2005 à 2015 près le Fonds National de la recherche scientifique de l’école doctorale interuniversitaire en sciences de l’information et communication. Son domaine de recherche principal est la sémiologie. Président de l’Association internationale pour la sémiologie du spectacle et directeur de la revue de sémiotique Degrés, qu’il a fondée (190 numéros parus à ce jour)..Membre de l’Académie royale de Belgique. Sélection bibliographique : Approches de l’opéra, dir., Paris, Didier Erudition, 1986; Approaching Theater, Indiana, University Press. 1990 (avec J.D. Johansen-P.Pavis-A.Ubersfeld,) ; Theory of Performing Arts, Amsterdam- Philadelphia, Benjamins, 1987 ; L’adaptation. Du théâtre au cinéma. Paris. Armand Colin, 1997 ; Signes du spectacle. Des arts vivants aux médias, Bruxelles-Berne-Berlin-New York, PIE-Peter Lang, 2006; Le théâtre. Texte ou spectacle vivant ?, Paris, Klincksieck, 2007 ; Performance et savoirs, dir., Bruxelles, De Boeck, 2011 ; Spectacle vivant et interdiscipline. dir.,Paris, Honoré Champion, 2013 ; La transdisciplinarité en question(s) (avec Katia Légeret), Bruxelles, AISS (Tréteaux), 2016; « Frontières de la représentation », dir., avec Elodie Verlinden, La Thérésienne. N°2. Bruxelles, ARB. https://popups.uliege.be/2593-4228/index.php?id=262, 2019 ; « Crise sanitaire et marqueurs sémiotiques. La variation » (dir), Degrés, n°182-183, 2020.

Comment exercer encore sa liberté à l’heure de la « reproductibilité technique »? Réflexions sur la création dans la photographie contemporaine par Michel Sicard

Les avancées technologiques dans le domaine du numérique, avec prise de vue et réglages automatiques divers, ont rendu la photographie très dépendante d’une réalité visuelle réaliste, explorée savamment et dans un infini détail. La présence encore majeure dans le domaine de la photographie de reportage, ou de la photographie documentaire (comme chez Bernd et Hilla Becher, et même chez Christian Boltanski), a réduit les marges de créativité. La photographie est plus que jamais victime d’une théorie de la représentation qui accentue encore plus son caractère iconique. Il s’agirait pourtant, selon nous – Michel Sicard & Mojgan Moslehi photographes – de remettre la photographie en liberté dans un espace qui tienne compte de nouvelles découvertes et conceptions du monde, concernant la physique et les forces gravitationnelles que nous ne voyons que secondairement, mais qui déplacent incessamment les limites des objets et des formes. Cela accentue et pointe, plutôt que les corps et les objets, les variations chromatiques, les ondes de lumière, les flux de circulation d’atomes et d’énergies. Cela rejoint peut-être aussi des conceptions issues de la philosophie du zen, qui se rapprochent étrangement des recherches actuelles en astrophysique, pour cette mise en évidence dans le visible d’un monde flottant. Ceci mobilise encore une certaine recherche dans le langage qui ne peut être un discours ou une histoire, mais un jeu entre des termes désyntaxisés qui se brassent, se rapprochent et s’éloignent pour former d’autres archipels, dans une poétique généralisée du temps et de l’espace. Et qu’en est-il dès lors de l’engagement, de l’éthique que porte en elle toute œuvre d’art, qui se doit toujours d’être du côté des opprimés, se doit de dénoncer l’aliénation et l’oppression faite à la nature mutilée ?

Michel Sicard est écrivain, artiste et théoricien de l’art. Professeur à l’Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, il enseigne les arts visuels. Ses travaux portent sur l’esthétique de Sartre, sur les rapports écriture/peinture et le livre d’artiste. Une rétrospective de ses livres d’artiste a été organisée par la Médiathèque Ceccano en Avignon et la Bibliotheca Wittockiana à Bruxelles. Il entre dans les collections publiques des FRAC, de divers musées ou grandes bibliothèques français et étrangers. Il travaille actuellement sur la performance et les énergies circulant dans l’univers. En 2011, il a formé un duo d’artistes avec Mojgan Moslehi où ils explorent la question du vide, de l’invisible et du temps, par la peinture, la photographie, l’installation, la vidéo… Nombreuses expositions en Corée et en Chine. Une soixantaine d’ouvrages publiés parmi lesquels : Essais sur Sartre, Alechinsky – Travaux d’impression (avec Michel Butor), Alechinsky versant Sud, Flore, Archèmes, Exils prochains, aux Éd. Galilée, Jude Stéfan aux Éd. Seghers, Temps interférentiel dans la photographie, avec Mojgan Moslehi, Éd. L’Harmattan.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search