Séminaire Liberté en création du 10 décembre

La deuxième séance du nouveau séminaire Langarts (novembre 2021-Juin 2023), dirigé par Zélia CHUEKE, Isaac CHUEKE et KIM Hyeon-Suk (voir argumentaire mis en ligne le 06/07/21), a lieu le vendredi 10 décembre à la Maison de la recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, salle D116) de 10h00 à 13h00, avec possibilité de suivi à distance. Au programme : “Liberté en création et ses composantes” par Claudia Colombati et “Le choix de la liberté créatrice” par Kazimierz Morski. Contact : liberteencreation@gmail.com

Télécharger l’affiche : 2e seance 10 decembre 2021

Liberté en création et ses composantes par Claudia Colombati

Un thème si complexe soit-il peut être traité synthétiquement selon ses deux composantes fondamentales, la compositionnelle et l’interprétative. Cependant d’autres perspectives émergent constituées par la vision historico-philosophique, politico-idéologique même, jusqu’à la vision messianique d’une liberté créatrice révolutionnaire ou utopique. Y-a-t-il de la liberté dans la création ? Et si oui, vient-elle accompagnée d’une pensée absolue ou relative ? En faisant le parcours dans les champs philosophique et esthétique, avec l’approche d’une « ontologie créative », un « acte créatif » d’une part et une « phénoménologie créative et interprétative » d’autre part, il sera question dans le cas de ce dernier domaine de référencer au maximum les différentes époques en faisant mention de zones nationales, de cultures et de religions différentes…La philosophie, tout en distinguant les différents arts, reconnaît à la musique un langage privilégié, autonome, particulièrement lorsque il s’agit de la musique purement instrumentale, connue aussi comme « musique absolue » (E.T.A. Hoffmann-A. Schopenhauer). L’esthétique, quant à elle, partant d’une question historique est capable d’élaborer une réflexion autour des styles, des genres, des formes, de la réception. Coïncide alors une pensée simultanée sur divers propos : sur la musique « à programme », sur l’opéra dans la vision du compositeur-dramaturge qui prend en compte le choix du sujet et du livret, sur une idée musicale inhérente au personnage, très probablement une réflexion aussi quant à la mise en place d’un cadre historique ou d’une politique spécifique. Dans l’abordage d’un sujet religieux par exemple cette volonté pourrait être représentée soit comme la quête d’une forme quelconque de liberté soit comme l’occasion pour l’établissement d’une limite dans un rite prescrit. Le fait que le compositeur n’aie pas toujours le choix libre puisque le premier est fréquemment soumis à des contraintes diverses – une situation qu’il partage par ailleurs avec d’autres créateurs – ne représente pas nécessairement un empêchement une fois qu’il ne cesse de se mesurer à sa propre subjectivité artistique. Cette dernière, en  revanche,  est sans  amarres, constamment  libre.  C’est  la raison pour laquelle il est important de distinguer dans cette vision historico- politique complexe de la musique, le moment où le compositeur travaille sur commande à l’inverse d’un autre moment où il puise uniquement à partir de son inspiration; l’on peut percevoir une approche personnelle où sont représentés « un artisanat élevé » et la liberté créative : il suffirait de se rappeler de Jean Sébastien Bach qui se partageait dans son écriture entre musique instrumentale et vocale, ou de Joseph Haydn lorsque l’on pense à ses douze symphonies composées pendant sa période londonienne. L’équilibre difficile entre liberté et opportunité (opportunisme pour certains) fait également partie de ce contexte. Dans le domaine de l’opéra surtout, les limites ou les modes politiques peuvent être alourdis tant dans le choix des sujets que dans leur réalisation dramaturgique et musicale : cela se produit chez Mozart (« Le nozze di Figaro », Don Giovanni ») si on le compare par exemple à Salieri (« Tarare » et son adaptation dans « Axur, re d’Ormuz »), chez Beethoven (« Fidelio ») sans oublier la confrontation continue de Verdi avec la censure à cause de son choix de sujets. Un autre aspect à considérer est celui de l’acte révolutionnaire de l’innovateur (Berlioz-Liszt-Wagner). La musique et l’art se forment dans la liberté mais les artistes sont souvent soumis à des idéologies et des régimes particuliers et, dans ce dernier cas, la question, qu’il s’agisse des domaines créatif ou interprétatif, touche même aux questions de la programmation et de l’éducation, créant une disparité entre les arts sémantiques et non-sémantiques (voire la musique produite aux États-Unis ou l’importance prise par les agents artistiques et producteurs musicaux dans le monde occidental). Selon une vision uniquement musicale, la création est ou sera toujours un choix parmi différentes possibilités ; une créativité spontanée, une intuition-idée-réalisation et une complexité entre une idée-pensée-rapport toute autre que celle du compositeur-virtuose qui est créateur et interprète à la fois.

Le choix de la liberté créatrice par Kazimierz Morski

Le musicien talentueux, qu’il soit compositeur ou interprète, choisit la liberté créatrice qui consiste principalement dans la réalisation d’une idée et la recréation de celle-ci à travers une éthique exécutoire. En effet, dans le concept de liberté interprétative convergent à la fois l’intuition et le respect de l’idée compositionnelle (avec une attention aux parties instrumentales/partition, à la relation temps-métronome, à la dynamique), on pense également à l’expression de sa propre subjectivité et cela dans une relation aussi bien avec le temps de l’œuvre qu’avec celui de l’interprète qui la communique bien avant sa réception (phénoménologie de l’interprétation selon Husserl-Ingarden). C’est dans ce cas de figure que le concept d’innovation peut s’inscrire dans le respect des attentes mêmes de la société, se manifestant dans le style, la forme et le contenu, les variations, la dynamique temporelle, l’agogique (par exemple lorsqu’en jouant et dirigeant Chopin l’on fait face à des problèmes historiques et traditionnels). Il est cependant vrai que la musique instrumentale s’insère dans un champ de la créativité artistique où la liberté de pensée musicale dans les genres et les formes de sa mise en œuvre (les tonalités majeures et mineures perçues comme un facteur symbolique) s’est le plus exprimée. Quoi qu’il en soit, outre les aspects déjà mentionnés, il est important de prendre en compte, dans la relation entre une liberté et une limite de l’interprétation créative, une adaptation aux attentes de succès ainsi qu’aux règles en vigueur sous divers régimes. À propos de liberté et d’utopie nous vient en tête le rêve fugace et toujours poursuivi de la musique comme un art messianique privilégié vers la liberté d’un Liszt.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search