Séminaire Liberté en création du 15 avril

La sixième séance du séminaire Langarts dirigé par Zélia CHUEKE, Isaac CHUEKE et KIM Hyeon-Suk a lieu le vendredi 15 avril 2022 à la Maison de la recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, salle D116) de 10h00 à 13h00, avec possibilité de suivi à distance. Au programme : “La création au risque de la liberté ? la liberté à l’aune de la création ?” par Jacline MORICEAU et “Zhang Guangyu, un artiste pris dans la tourmente de la Chine républicaine (1912-1949) : de la liberté artistique à la liberté d’expression” par Marie Laureillard. Contact : liberteencreation@gmail.com. Prochaines séances : 13 mai et 10 juin 2022.

Télécharger l’affiche : 6e. séance-Liberté en création

La création au risque de la liberté ? la liberté à l’aune de la création ? par Jacline MORICEAU

Un seul mot en français dit la liberté, il en faut deux en anglais freedom et liberty. Freedom désigne la capacité de se libérer de…, la possibilité de faire, d’agir versus tous les interdits, les limites. Liberty renvoie à une valeur supérieure, un pouvoir, voire un droit qui n’est pas sans risques et dangers possiblement mortels. Le terme français englobe cette double signification, capacité de se libérer, possibilité et pouvoir, droit de faire, d’agir, de créer.  Quant à la création, c’est évidemment un terme très fort qui renvoie à l’origine même du monde. Ici il concernera la réalisation d’œuvres artistiques et dans le cas qui nous intéresse de la peinture au cinéma en passant par la scénographie, la céramique, la calligraphie etc. 

Les deux termes liberté et création reviennent constamment sous la plume de Teshigahara (1927-2001) dans les Bulletins de l’école Sogetsu. Quand j’ai commencé à travailler sur le sujet, je suis partie de l’idée que Teshigahara était un homme libre auquel son éducation, sa curiosité naturelle, son argent, avaient permis de créer à sa manière des œuvres cinématographiques d’abord des films proches des avant-gardes de l’après-guerre, puis, une vingtaine d’années plus tard des films autour de figures historiques de la Renaissance japonaise autour des années 1980-90. L’échec final de ses premiers opus lui permit de ‘découvrir’ loin du cinéma, le travail de la terre avec la céramique, de l’encre et de la calligraphie, du bambou et des installations immenses, sans parler de sa maîtrise de la cérémonie du thé, la création de décors, l’initiation aux débuts de la vidéo, la mise en scène d’opéra, etc. Et pourtant en réfléchissant davantage sur son parcours, j’ai été amenée à m’interroger quant à sa liberté en création. Certes comme je le montrerai, il y a dans toute liberté des contraintes diverses surtout lorsqu’il s’agit d’une création collective, comme le cinéma. Peut-être que ce qui m’est apparu comme facteurs puis manifestations de sa liberté ne l’étaient-ils que comme des étapes progressives de la conquête toujours in progress d’une certaine liberté avec ce qu’elle implique de solitude. Hiroshi Teshigahara a fait sienne la devise de son père Sôfû « Je voudrais que rien ne m’enchaîne, être moi-même, libre à jamais » et son concept fondamental : créer quelque chose de nouveau. La dimension problématique de ce souhait constituera le fil directeur de cette communication consacrée à la relation entre liberté et création en s’interrogeant sur les tensions et les enjeux qui traversent l’œuvre plurielle de l’artiste japonais. 

Jacline MORICEAU, agrégée de Lettres modernes a enseigné dans les classes préparatoires aux Grandes Ecoles d’Art et à la préparation à l’ENA (ENSPTT), formatrice de formateurs au Centre International d’Études Pédagogiques (CIEP, Sèvres). Membre du comité d’organisation de LANGARTS et du CIRRAS (MSH), Agora vai ser assim ( Editora Nós, 2018), Inquietações em tempos de insônia (Editora Nós, 2019) et Diários em mar aberto (Folhas de Relva Edições, 2021).

 

Zhang Guangyu, un artiste pris dans la tourmente de la Chine républicaine (1912-1949) : de la liberté artistique à la liberté d’expression par Marie Laureillard

La Chine républicaine (1912-1949) se caractérise par une extraordinaire effervescence intellectuelle doublée d’une curiosité insatiable pour les idées et les expressions artistiques venues d’ailleurs. L’artiste Zhang Guangyu 張光宇 (1900-1964) tire pleinement profit de l’atmosphère cosmopolite de Shanghai en réalisant de nombreuses caricatures et peintures (notamment pour des publicités) ainsi que son célèbre roman graphique Xiyoumanji 西游漫記 (La pérégrination vers l’ouest en caricatures), réalisé en 1945 à Chongqing à la fin de la guerre sino-japonaise. Intimement liée à l’essor de la presse et de l’édition, sa création graphique, très inventive, puise avec éclectisme à de multiples sources : art chinois (fresques de Dunhuang, bois gravés des Ming…), mexicain, égyptien, etc. En même temps, elle exprime une critique voilée de la corruption du Kuomintang, alors au pouvoir, et de l’oppression pesant sur la population – critique masquée par un récit emprunté à un roman classique dans le Xiyoumanji. Nous comparerons ce roman graphique à une autre satire en images du régime politique, la série de caricatures intitulée Le royaume des chats (猫国春秋), réalisée en 1946 par Liao Bingxiong 廖冰兄(1915-2006). Ainsi, nous verrons comment l’œuvre de Zhang Guangyu pose à la fois la question de la liberté créatrice et de la liberté d’expression, à une époque où critiquer les autorités n’est pas sans danger. C’est avec cette double clé de lecture que nous tenterons de l’analyser.

Marie LAUREILLARD, maître de conférences HDR en études chinoises à l’université Lumière Lyon 2 et membre de l’Institut d’Asie Orientale, est spécialisée dans l’étude de l’histoire de l’art et de la littérature modernes de la Chine et de Taiwan. L’intermédialité et les transferts culturels sont au cœur de sa réflexion. Elle est l’auteur de Feng Zikai, un caricaturiste lyrique : dialogue du mot et du trait (L’Harmattan, 2017) et Shanghai en 1930 : caricatures et littérature dans trois revues d’avant-garde (Hémisphères, paraître en 2022) a codirigé Fantômes dans l’Extrême-Orient d’hier et d’aujourd’hui avec Vincent Durand-Dastès (Presses de l’Inalco, 2017), À la croisée de collections d’art entre Asie et Occident (du XIXe siècle à nos jours) avec Cléa Patin (Hémisphères, 2019), La nuit en Asie (revue Art Asie Sorbonne, 2021) et Images écrites de la Chine d’aujourd’hui (revue Art Asie Sorbonne, 2022). A la suite d’un séminaire Langarts, elle prépare avec Patrick Otto la publication de l’ouvrage collectif La nuit à la croisée des arts et des cultures : perceptions, imaginaires, représentations, (L’Harmattan, coll. « L’univers esthétique », 2022). Elle coordonne actuellement un séminaire avec Isabelle Charrier sur les usages et valeurs du noir dans le cadre du Centre d’étude de l’écriture et de l’image (CEEI), qui aboutira à un colloque spécifiquement axé sur l’Asie orientale (7-9 juin 2022). Elle est par ailleurs traductrice littéraire du chinois.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search