Séminaire Liberté en création du 13 mai

La septième séance du séminaire Langarts dirigé par Zélia CHUEKE, Isaac CHUEKE et KIM Hyeon-Suk a lieu le vendredi 13 mai 2022 à la Maison de la recherche de la Sorbonne (28 rue Serpente, salle D116) de 10h00 à 13h00, avec possibilité de suivi à distance. Au programme : “Mémo aléatoire sur la ‘liberté d’expression’ basé sur l’expérience personnelle” par ONISHI Hiroshi et “Walden, espace de liberté et de création : la rencontre Kurita, Thoreau, Talbot” par Teddy PEIX. Contact : liberteencreation@gmail.com. Prochaine séance : 10 juin 2022.

Télécharger l’affiche : 7e. séance-Liberté en création

Mémo aléatoire sur la “liberté d’expression” basé sur l’expérience personnelle par ONISHI Hiroshi

Je pense que j’ai appris le mot “liberté d’expression” quand j’ai entendu parler de la Constitution du Japon dans un cours d’études sociales dans un lycée. Comme on le sait, le Japon a combattu les États-Unis après avoir lancé une guerre d’agression contre la région Asie-Pacifique et a finalement perdu. Et en 1946, une nouvelle constitution démocratique a été promulguée pour passer d’un pays militariste à un pays démocratique. La “liberté de pensée et de croyance” et la “liberté d’expression” sont énoncées dans le texte. Plus tard, en grandissant, j’ai appris que la “liberté d’expression” était définie comme un droit à être protégé dans la plupart des nations modernes qui ont adopté la démocratie et dans la Déclaration universelle des droits de l’homme des Nations Unies.

Cela fait 80 ans que la constitution démocratique a été établie au Japon, mais malheureusement ce n’est pas le cas si la “liberté d’expression” est protégée à la fois au Japon et dans le monde. Il y a toujours eu des incidents qui ont menacé la “liberté d’expression” quelque part, et inversement, des phénomènes tordus comme attaquer les autres avec la “liberté d’expression” sont devenus perceptibles. Je ne suis pas un expert en philosophie ou en droit, donc je ne peux pas faire de déclaration systématique sur la “liberté d’expression”, mais je m’intéresse à la “liberté d’expression” en tant qu’artiste ou enseignant (surtout au Japon). un exemple) et créer une occasion de réfléchir à cette question. Les cas que nous prévoyons d’introduire seront sélectionnés au hasard depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours. Je présenterai principalement des cas au Japon, mais je voudrais également présenter des cas enseignés par des amis étrangers et des étudiants internationaux.

Hiroshi ONISHI est un artiste multimédia et professeur au département de design de l’université d’art et de design de Kyoto, où il enseigne la production vidéo et l’animation depuis 2002. Il était auparavant directeur de la production vidéo et du studio d’infographie. Il siège également au conseil d’administration de l’ASSIFA-JAPAN (Association internationale du film d’animation – branche japonaise) et est secrétaire du groupe MONO-sophy (monogaku) ​​du groupe d’étude Sense-Value.

Walden, espace de liberté et de création : la rencontre Kurita, Thoreau, Talbot par Teddy PEIX

Le lac Walden autour duquel Henry David Thoreau a séjourné entre 1844 et 1847, devient le lieu de création privilégié du photographe contemporain Kurita Koichiro pour son projet Beyond Sphere. Par l’intermédiaire de l’artiste, il devient l’espace idéal d’une rencontre fictive entre le penseur Américain, et l’un des inventeurs de la photographie, le Britannique, William Henry Fox Talbot. Au milieu des années 1980, Kurita a lu Walden de Thoreau et a été profondément impressionné par son message de vivre une vie proche de son environnement naturel. Ainsi, le photographe Japonais explore la région du lac Walden rendu célèbre par Thoreau, en utilisant la technique photographique du calotype développé en 1839 par Talbot. De ses multiples excursions, il réalise des ensembles composés de plusieurs photographies montrant des paysages dans une perspective différente.

Afin de comprendre la présence du photographe dans ce lieu historique, il faut connaître les motivations de Thoreau venu s’installer pendant près de deux ans au bord de ce lac non loin de Concord. Le philosophe et poète Étasunien plaçait l’expérience pleine et entière dans la nature au cœur de sa pensée, la considérant comme opposé à ce que la société moderne attendait de lui. Par ailleurs, comme ses deux prédécesseurs, Kurita s’intéresse particulièrement à la botanique, et ses photographies semblent en quelque sorte, provenir directement des végétaux, comme si l’image de ceux-ci s’était dessinée elle-même sur le papier végétal. Sur les traces de Thoreau et Talbot, Kurita s’éloigne de la société, s’isole et se perd afin de se retrouver, atteindre une plus grande liberté de créer. Muni de sa chambre grand format, il parcourt Walden et ses alentours, espaces naturels qu’il va côtoyer pendant des heures et des jours sans relâche. Près du lac, entre isolement et quiétude, les expériences concrètes du photographe rejoignent celles de l’Américain et du Britannique 170 ans après.

Teddy PEIX est artiste plasticien pluridisciplinaire et chercheur. Diplômé de l’École supérieure d’art de Bourges, en musique électroacoustique au conservatoire de Bourges, et docteur en arts et sciences de l’art à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. La thèse qu’il a produite s’intitule : « Espace/intervalle, à partir de la notion japonaise de “Ma” – Dynamique du vide et temporalité ». Depuis 2002, il a participé à plusieurs manifestations artistiques en France et à l’étranger.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search