Brèves du GT Notations musicales du 9 janvier 2014

La séance était consacrée à deux communications : l’une de Violaine Anger, faisant écho à la communication de Wang Weiping sur le déchiffrement de la notation de Dunhuang, avait pour but d’asseoir la méthodologie sur l’exemple de ce que Don Cardine a fait pour ce qui est devenue la sémiologie grégorienne dans les années 70, à savoir comparer et comprendre, avant de transcrire, les signes les uns par rapport aux autres, comprendre la logique dans laquelle cela existe pour identifier les signes, comprendre comment ces signes se sont transmis et le vocabulaire associé ;

l’autre, de Lise Guiot, répondait à une demande qui avait été faite lors de ce GT précédent que les notations musicales japonaises soient présentées ; en l’occurrence, cela fut sur « Le Gidayû-Bushi et ses notations musicales ».

Ces deux exposés furent brillants et riches d’enseignement. Ils sont suscité en grand intérêt des présents et la discussion fut continue et animée tout au long de la séance, portant notamment sur les rythmes (thème récurrent) ce que Lise appelle « les secrets du texte » quand de nombreuses indications musicales ne sont pas notées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *