Arts et cultures de la marionnette

Programme de la journée d’études du vendredi 28 mars 2014

organisée par Françoise Quillet et Ly-Lan Magniaux.

Bâtiment Le France, 190 avenue de France, Paris 13e (6e étage, salle 638).

Matinée (10h00-13h00) :

« La Marionnette chinoise »  et  « La spécificité vietnamienne des marionnettes sur eau dans les spectacles de la Compagnie Illusia mis en scène par Maria Nykänen » par Jean-Christophe Canivet (cieillusia@sfr.fr)

La question des récepteurs des sensibilités, d’une part extéroceptive de la marionnette à gaine et, d’autre part, proprioceptive de la marionnette aquatique, utilisés par le marionnettiste Jean-Christophe Canivet à travers les éléments naturels propres à la vie de l’air et de l’eau, nous conduit à comparer les techniques de la marionnette à gaine chinoise et de la marionnette sur eau vietnamienne qui nourrissent les spectacles de la Compagnie Illusia mis en scène par Marja Nykänen dans leur approche à la fois asiatique et occidentale. Comme Gaston Bachelard nous rappelle que l’eau est “le miroir des rêves”, Jean-Christophe Canivet nous invite à nous interroger sur la forme du prisme que ce vecteur d’émotions peut prendre, notamment grâce au concours de différentes sources lumineuses, afin de nous faire appréhender le monde à travers celui de la représentation. La problématique de la transmission d’une émotion au sens premier du terme, à partir de laquelle le marionnettiste, dans l’impulsion qu’il donne au bout d’une perche à sa marionnette aquatique, cherche à aiguiser la sensibilité intéroceptive du spectateur, se pose à tout artiste face à son public.

« Múa rối nước : la danse des marionnettes sur eau du Vietnam » par Alice Gaudry (alice.gaudry@aol.fr)

Le théâtre de marionnettes sur eau est un art dont on ignore l’origine exacte, mais qui se développe depuis au moins le XIe siècle dans le delta du Fleuve Rouge au nord du Viêt Nam. Il est aujourd’hui très présent à Hanoi et dans les villages aux alentours. La plupart des marionnettistes appartiennent donc à des troupes amateurs rattachées à des villages et ne pratiquent l’art des marionnettes qu’occasionnellement. La marionnette sur eau est composée de trois parties : le thân, le corps même de la marionnette ; le , le support ou éventuellement le flotteur ; et la perche. Cette dernière permet de manipuler les marionnettes à distance sur l’eau. Il faut savoir que pour créer un spectacle de marionnettes sur eau au Viêt Nam, l’eau est essentielle. Présente en permanence en tant qu’espace scénique, elle implique une technique particulière de manipulation des marionnettes. Nous verrons que l’eau confère aux différents personnages et créatures une gestuelle très dansée, nous éclairant ainsi sur les termes vietnamiens pour désigner cet art : Múa (danse) rối (marionnette) nước (eau).

« L’influence de l’origami dans les scénographies du Théâtre du Clair de Lune de Damien Schoëvaërt pour Le Théâtre sans toit » par Ly-Lan Magniaux (llmagniaux@gmail.com)

L’origami est l’art traditionnel japonais d’une forme de « sculpture de papier » résultant de plis. Si nous considérons l’univers comme « un grand origami sans cesse déplié et replié » selon les mots de Damien Schoëvaërt (plasticien-scénographe, directeur du Théâtre de marionnettes du Clair de Lune et chercheur en biologie MCF HDR à l’université Paris XI), il nous est alors possible d’entrevoir le lien originel de l’origami avec la construction de « décors-livres » de l’artiste qui sont de véritables « petites machines théâtrales », comme l’a écrit Pierre Blaise, metteur en scène plasticien du Théâtre sans toit et marionnettiste, Président de THEMAA (Association nationale de Théâtres de marionnettes et Arts associés, France). L’art du « décor-livres » en forme de pop-ups dans les scénographies de Damien Schoëvaërt pour Le Théâtre sans Toit nous apparaît grâce au déploiement de formes qui grandissent, s’allongent parfois, s’étirent pour se replier avant de disparaître et laisser place à une nouvelle apparition d’images « en transformation ». « La logique du déploiement de formes naturelles » peut être un miroir de « la création de processus de dépliages spectaculaires du Théâtre du clair de Lune ».

Après midi (14h30-17h30) :

« Bunraku, la musique à l’égal du théâtre » par Lise Guiot (guiot.lise@gmail.com)

Le terme bunraku est tardivement entré dans l’histoire de cet art tricentenaire, la désignation antérieure, ningyô-jôruri, reste d’ailleurs usitée aujourd’hui. À l’égal du et du kabuki, le ningyô-jôruri est un art musico-théâtral au répertoire littéraire riche qui convoque sur la scène de grandes marionnettes. À son acmé au XVIIIe siècle au Japon, le ningyô-jôruri sollicite trois disciplines artistiques qui travaillent, en synchronie et indépendance, à la réalisation du spectacle : l’art du récitatif (jôruri) et du shamisen, luth à trois cordes dans le style dramatico-musical du gidayû-bushi, et l’art de la manipulation de marionnettes (nin/humain-gyô/forme) usant de la technique dite sanninzukai.  « Bunraku » : l’onomastique commune fait se confondre le genre musico-théâtral, la troupe professionnelle Bunraku Kyôkai et le Théâtre National Bunraku à Ôsaka à laquelle cette compagnie est attachée. Cette confusion entre désignation de l’art, troupe d’artistes et lieu du théâtre a érigé la troupe Bunraku Kyôkai en référence internationale. Toutefois, de nombreuses compagnies pratiquant cet art se rencontrent dans tout l’archipel : autour de la ville d’Iida, les compagnies Imada, Kuroda, Furuta et Waseda ou sur l’île d’Awaji, la compagnie Awaji Ningyô-za. Bien que ces formes artistiques du bunraku différent peu, mon intervention proposera une analyse d’une représentation de la compagnie Bunraku Kyôkai du Théâtre National du Bunraku d’Ôsaka.

« La Marionnette traditionnelle de la Corée : 발탈 놀이 baltal noli, une performance improvisée et humoristique et 꼭두각시 놀음 kkodugagsi noleum de la troupe de 남사당 namsadang » par Kim Hyeon-Suk (hyeonsuk.kim@gmail.com)

발탈 놀이 baltal noli est composé 탈꾼 talggun (personne portant un masque au pied) et 재담꾼 geadamggun (personne plaisante). C’est une performance divertissante à travers des échanges du 소리 sori (chant), des blagues et de la danse de ces deux personnages principaux qui présentent des histoires intéressantes, du chagrin et d’humour des gens ordinaires. 발탈 baltal est fait sous la forme d’une tête de poupée d’épouvantail en mettant la plante des 탈꾼 talggun qui est caché derrière d’une toile noire tendue comme une garde-robe. 발탈 baltal comporte les deux jeux de marionnette : la marionnette en corde et celle en perche. Six musiciens au minimum les accompagnent tout au long de 발탈 놀이 baltal noli dont les acteurs humains, l’acteur marionnette et les musiciens cohabitent dans cette performance. Une autre marionnette traditionnelle de la Corée est 꼭두각시 놀음 ggodugagsi noleum. Cette performance est la grande finale de la troupe de 남사당 namsadang avec quarantaines marionnettes de personnage, quatre marionnettes d’animal et des marionnettes de petit ou grand outil. 꼭두각시 놀음 ggodugagsi noleum est aussi nommé 덜미 deolmi (la nuque), car on tient la marionnette par sa nuque. Ce théâtre marionnette a un côté similaire à la marionnette de la Chine, du Japon et dans les autres pays d’Asie du Sud, mais l’histoire et le déroulement représentent la particularité de la Corée avec la participation du musicien comme dialogue entre 대잡이 daejab-i (personnage principal de la marionnette) et 산받이 sanbad-i. 꼭두각시 놀음 ggodugagsi noleum accompagné par quatre instruments au minimum contient la danse, le chant et le théâtre.

« La marionnette en Occident, lieux d’interrogation du corps et nouveaux territoires de l’imaginaire » par Marie Garré Nicoara (emmpigo@yahoo.fr)

La marionnette, corps artificiel sur les scènes théâtrales occidentales, agite de nombreuses questions de société, de la figure du manipulateur/manipulé aux questionnements portant sur l’hybridation des corps, les prothèses et les nouvelles formes de corporéité qui en découlent. Les modes de relation de l’interprète à l’objet animé deviennent dans ces espaces le cœur du langage scénique, tandis que le renouveau des dispositifs de monstration tend à conférer une place toute particulière au regard du spectateur, qui se trouve pris dans un seuil, entre réalité matérielle et imaginaire. En nous appuyant sur quelques démarches contemporaines (notamment Ilka Schönbein, les compagnies Philippe Genty,  La Licorne, ou Turak), nous éclairerons les enjeux scéniques et anthropologiques de la marionnette occidentale et questionnant les espaces marionnettiques mis en jeu et les enjeux perceptifs instaurés par ceux-ci.

« Le pôle recherche et documentation de l’Institut international de la marionnette » par Raphaèle Fleury (recherche.institut@marionnette.com)

Table ronde finale (ad libitum à partir de 17h30) :

« La place du spectacle de marionnettes dans les langages artistiques »

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.