4e de couv. des parutions « Langages artistiques » (2009-2013)

/ 2015

• Poétique de la musique chinoise, Véronique Alexandre Journeau, publié avec le soutien du Creops (Université Paris-Sorbonne) et de Langarts, Paris, L’Harmattan, coll. L’univers esthétique, 2015, 443 pages. Prix public : 39 €.

« Dans la pensée chinoise, la musique est une partie du monde, sinon le monde lui-même en ses manifestations sonores. Œuvre humaine, elle constitue l’essence de la culture, au même titre que l’écriture ou la peinture, mais elle est avant cela l’expression de la nature, voire du 道 dao qui génère les êtres et leur confère leurs normes de fonctionnement cyclique » (préface de Rémi Mathieu). L’ouvrage est ainsi une approche par la voie musicale d’un univers qui s’avère être, à considérer les fondements esthétiques chinois, un véritable entrelacs des arts. Il est aussi fondé sur le constat que la poésie chinoise – à la fois un langage artistique et un langage sur l’art – en révèle des aspects essentiels à une compréhension fine de la pensée musicale et du geste artistique. Dès lors, un tiers de poèmes, un tiers d’illustrations et un tiers de texte théorique et technique, trame tissée d’explicitations directes et brodée d’évocations métaphoriques dans une divulgation sans épuisement du sens, ont paru un dosage à la fois naturel et propice à la vulgarisation.

/ 2013

• Notions esthétiques : résonances entre les arts et les cultures, Véronique Alexandre Journeau, Muriel Detrie, Akinobu Kuroda et Laurent Mattiussi éds., Paris, L’Harmattan, coll. L’univers esthétique, 2013, 412 pages. Prix public : 39,50 €. Publié avec le soutien du Réseau Asie & Pacifique (CNRS/FMSH), du CERC (Université Sorbonne nouvelle, Paris 3) et de MARGE (Université Jean Moulin, Lyon 3).

Ouvrage en quatre parties : I-神 shén, des esprits au divin, II-Du divin au sublime, III-游 / 遊 yóu, l’errance, l’improvisation, IV-虛 xu /  kong, le vide, le néant.

L’esthétique, en tant que discipline philosophique traitant de l’art née au sein de la culture occidentale, n’a été introduite que tardivement dans les autres cultures, notamment asiatiques, où existaient pourtant de longue date des notions, formulées dans leurs langues pour rendre compte de l’expérience esthétique et évaluer les œuvres artistiques. Alors, ne peut-on trouver, sinon des concordances terme à terme, du moins des résonances entre langages artistiques entre l’Asie et l’Occident ? Tel est le pari qui sous-tend le recueil de textes rassemblés ici. Le parcours commence par un terme chinois couramment utilisé dans les arts d’Asie orientale pour désigner le degré suprême d’excellence artistique, 神 shénce qui suscite naturellement un retour sur ces notions 遊 you, prégnant dans les discours sur l’art et en poésie et qui, comme espace de liberté et de pérégrination sans fin de l’esprit, ouvre sur les notions d’errance et d’improvisation. En troisième infinitude, au-delà du plein ou du néant, une notion clé en Asie comme ne Occident, le vide,  虛 xu ou  空 kong, fortement influencée par l’introduction du bouddhisme venu d’Inde. Le terme de résonance serait sans doute le plus à même de rendre compte de ce phénomène de mise en mouvement de l’esprit au contact de l’autre qui oblige au dépassement de ses limites et à l’inventivité. Puissent les articles réunis ici, par les multiples échos et interrogations dont ils sont porteurs, trouver aussi leur résonance chez le lecteur et ouvrir la voie d’une esthétique comparée encore à inventer.

/ 2012

• Métaphores et cultures : en mots et en images, Postface d’Éric Dayre, Véronique Alexandre Journeau, Violaine Anger, Florence Lautel-Ribstein et Laurent Mattiussi éds., Paris, L’Harmattan, coll. L’univers esthétique, 2012, 399 pages. Prix public : 39 €. Publié avec le soutien du Réseau Asie & Pacifique (CNRS/FMSH), de l’OMF (Université Paris Sorbonne, Paris 4), de MARGE (Université Jean Moulin, Lyon 3) et du CERCC (ENS Lyon).

Ouvrage en deux parties : I-Refonder le concept « métaphore » en linguistique  et en littérature, II-Discerner le phénomène « métaphore » dans les langages artistiques.

Cet ouvrage relève un défi : partager un thème difficile en soi, la métaphore, entre langages et entre cultures. Ce concept suscite maints débats depuis son émancipation du berceau originel (Aristote), par son poids dans les domaines qui l’ont forgé (linguistique et littérature) en Occident ; c’est aussi un phénomène nouvellement perceptible dans les langages artistiques et renouvelé par la tradition asiatique. Ce premier pas dans une recherche interdisciplinaire et interculturelle initiée par l’axe scientifique « Langages artistiques Asie-Occident » a pour objectif d’explorer comment fonctionne le processus métaphorique. Il est à multiples facettes, comme un nuage est multiforme, fluctuant, aux contours flous, mobile et changeant au gré du vent et des cortèges de nuages, celui où il est et ceux qu’il côtoie, chacun naviguant dans le ciel à des rythmes différents avec des nuances variables. La problématique de la métaphore, selon le langage (poétique, musical, pictural…) et l’horizon culturel, est de cet ordre. Comme le nuage qui vogue d’un endroit à l’autre, créant du visible et de l’invisible de façon indéterminée et non permanente, la métaphore crée un pont vers un au-delà du sens. L’ambition est de l’observer sous divers angles (y compris anthropologique et cognitif) : il s’avère qu’elle réalise une transposition esthétique du monde inhérente au genre humain mais propre à chaque culture.

/ 2011

• Le Surgissement créateur : jeu, hasard ou inconscient, Préface de Menene Gras, Postface de Danièle Pistone, Véronique Alexandre Journeau éd., Paris, L’Harmattan, coll. L’univers esthétique, 2011, 298 pages. Prix public : 29,50 €. Publié avec le soutien du Réseau Asie & Pacifique (CNRS/FMSH) et de l’OMF (Université Paris Sorbonne).

Ouvrage en quatre parties : I-La place du jeu en création, II-Le jeu avec l’inconscient dans les arts de la scène, III-Hasard et inconscient créateur dans la musique et les arts plastiques, IV-L’apport des neurosciences cognitives en esthétique. Ouvrage récompensé par un prix 2012 du Syndicat de la critique de musique, de théâtre et de danse.

La création artistique est l’un des phénomènes les plus complexes et les plus mystérieux de l’activité humaine, notamment parce que c’est toute la richesse des cultures qu’elle met en œuvre, en regard et en correspondances. Un premier ouvrage proposait d’étudier si l’approche de la qualité d’une œuvre par l’« effet de vie », invariant mis en évidence par Marc-Mathieu Münch pour le domaine littéraire, s’applique à la musique : Musique et effet de vie ; puis le corollaire le plus important de l’effet de vie, la « cohérence », en élargissant du texte à la musique et de la littérature aux arts : Arts, Langue et cohérence. La troisième rencontre scientifique organisée par le Réseau Asie-Imasie (CNRS / FMSH) et l’Observatoire musical français (OMF) de l’université Paris-Sorbonne, posait que l’impulsion créatrice provenait du jeu, par hasard ou dans l’inconscient. Il semblerait que le surgissement créateur se produise dans un entre-deux, le va-et-vient entre l’inconscient et le conscient ou le basculement de l’intuition en intention, voire un entre-trois quand le hasard s’en mêle.

/ 2010

• Arts, langue et cohérence, Véronique Alexandre Journeau éd., Paris, L’Harmattan, coll. L’univers esthétique, 2010, 258 pages. Prix public : 24 €. Publié avec le soutien du Réseau Asie & Pacifique (CNRS/FMSH) et de l’OMF (Université Paris Sorbonne).

Ouvrage en trois parties : I-Du texte à la musique, II-De la littérature aux arts, III-Perspectives.

Ce deuxième ouvrage de la collection L’univers esthétique poursuit la réflexion sur la théorie de l’effet de vie en étudiant la cohérence d’une œuvre d’art. Marc-Mathieu Münch qui en a fait un corollaire essentiel de l’effet de vie part du principe que « l’esprit humain a naturellement tendance à chercher l’ordre et à fuir le chaos ». C’est même, selon Alberti, « la loi absolue et première de la nature ». Comment la cohérence est-elle conçue par le créateur, est-elle perçue par le récepteur ? En cherchant si l’exigence de cohérence – qui fonde la qualité d’un texte des points de vue de la langue et de la littérature – est une véritable règle acceptée dans  différents arts et civilisations, les articles présentés dans cet ouvrage abordent des angles de vue complémentaires dans l’espace, de l’Occident à la Chine, et le temps, de l’ancien au contemporain. En proposant un thème unificateur partagé entre une variété des genres, du texte à la musique et de la littérature aux arts, l’ensemble contribue à poser les jalons d’une voie comparatiste interdisciplinaire.

/ 2009

• Musique et effet de vie, Préface de Danièle Pistone, Véronique Alexandre Journeau éd., Paris, L’Harmattan, coll. L’univers esthétique, 2009, 227 pages. Prix public : 21,50 €. Publié avec le soutien du Réseau Asie & Pacifique (CNRS/FMSH) et de l’OMF (Université Paris Sorbonne).

Ouvrage en deux parties : I-Les trois étapes de la vie d’une œuvre, II-La mise à l’épreuve de la théorie de l’effet de vie.

Ce premier ouvrage de la collection L’univers esthétique inaugure l’application de la théorie générale de l’effet de vie – découverte par Marc-Mathieu Münch pour le domaine littéraire – à la musique, en prélude à une étude généralisée aux arts. Cette théorie postule un invariant universel comme révélateur de la qualité d’une œuvre  « l’effet de vie ». L’œuvre d’art réussie serait celle qui crée un effet de vie dans la psyché du récepteur : s’il est réussi, il génère une intensité de vie, une effervescence capable de saisir et de mettre en cohérence toutes les facettes d’un esprit. C’est un système d’échos intérieurs, un bouillonnement de l’âme dû à un stimulus qui n’est qu’un artefact, mais un artefact aussi puissant que la vie elle-même dans les moments où celle-ci touche toutes les facettes de l’esprit cerveau (le cœur-esprit pour  les asiatiques). La théorie de l’effet de vie définirait donc la qualité, voire la perfection d’une œuvre d’art. Elle ne serait pas seulement dans l’harmonie, l’équilibre, le nombre d’or, la mimésis, la fantaisie ou ailleurs… mais essentiellement dans la plénitude d’un esprit récepteur prévu par un esprit créateur.

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *