Publication théâtre (mars 2015)

Couverture Shih-Lung

L’ouvrage de LO Shih-Lung, La Chine sur la scène française au XIXe siècle (216 pages), est paru aux Presses universitaires de Rennes en mars 2015.

« La pensée qui dirige notre curiosité, lorsqu’une pièce de théâtre est soumise à notre étude, est-elle le désir de trouver une représentation de mœurs qui nous sont inconnues ou l’expression d’un art dramatique indépendant ? » Dans son ouvrage intitulé Le Théâtre des Chinois publié en 1886, le diplomate chinois Tcheng Ki-tong, auteur de cette citation, évoque un point de vue comparatiste sur les mœurs franco-chinoises par le biais du théâtre.

Bien avant ce diplomate intelligent et éloquent, les dramaturges français ont tenté de découvrir et d’expliquer la Chine à l’Occident à travers les œuvres théâtrales. L’Orphelin de la Chine de Voltaire inspirée de l’histoire chinoise n’est qu’un des exemples qui témoignent de l’apogée de la chinoiserie du XVIIIe siècle. La Chine, pays lointain à la fois fascinant et mystérieux, est un sujet récurrent sur la scène littéraire française. Si l’image de la Chine ne cesse d’évoluer en correspondant à l’imaginaire des spectateurs, le thème ne quitte effectivement pas la scène de théâtre. Tout au long du XIXe siècle, alors que la Chine et les Chinois connaissent de grands changements de leur histoire du fait de l’ouverture à contrecœur à l’Occident, les dramaturges français décomposent et recomposent les images de la Chine qui habitent leur esprit depuis plus d’un siècle.

S’appuyant sur le répertoire du théâtre français de thème chinois, l’auteur de cet ouvrage analyse la production et la réception des images de la Chine sur la scène théâtrale du XIXe siècle. Le corpus d’étude divisé en trois catégories de spectacles participent toutes à constituer la Chine sur la scène théâtrale française : les pièces à sujet chinois, les œuvres traduites ou adaptées du chinois et l’historique des activités des comédiens chinois en France. Pour les spectateurs du XIXe siècle comme pour les lecteurs d’aujourd’hui, la Chine de théâtre est un sujet à la fois familier et étrange, proche et éloigné, cliché et varié, épuisé mais exploitable : tous ces paradoxes concourent à créer sur la scène française une Chine kaléidoscopique.

ISBN : 978-2-7535-3696-8. Lien : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3782.

Sommaire

Introduction

Chapitre I    Ouverture : Recadrer l’image de la Chine (1842-1860)

Les enjeux de l’opium et du champagne : de la politique à la scène théâtrale.

Des épisodes inspirés des anciens répertoires à sujet chinois.

Le voyage en Chine.

Les variétés chinoises des vrais Chinois.

La Chine : l’événement de l’année.

La Chine : allégorie politique.

La Chine : la chinoiserie reprise et dépoussiérée.

Chapitre II   Confrontation : Pérégrinations en territoire chinois (1861-1880)

La Prise de Pékin : les pâles lueurs de l’ancien Céleste Empire.

Le voyage inachevé.

Une chinoiserie banalisée : Fleur-de-thé.

La comédie du Chinois aux années 1870.

La rencontre de la chinoiserie et du japonisme.

De l’exposition au cirque.

Chapitre III   Perplexité : À la recherche d’une Chine perdue (1881-1900)

La « trilogie » de la guerre franco-chinoise du Tonkin.

À la recherche de la Chine classique.

La Chine de Judith Gautier et de Pierre Loti.

Les cultures se croisent.

Le collage des scènes chinoises à la fin du XIXe siècle.

La Chine des variétés.

Conclusion

Annexe

Tableau historique
Sources et Bibliographie
Tables des illustrations
Index des auteurs
Index des titres des spectacles

LO Shih-Lung est membre de Langarts.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *