L’esthétique d’Aristote par Mary-Anne Zagdoun

La théorie aristotélicienne de l’art ne cesse d’inspirer philosophes et plasticiens. Au cœur de cette pensée en mouvement, la peinture macédonienne occupe une place essentielle : décors pariétaux, tombes peintes, fresques domestiques… Un domaine dont la connaissance s’est enrichie grâce aux récentes découvertes archéologiques, et que Mary-Anne Zagdoun confronte aux écrits du célèbre disciple de Platon. Pour Aristote, l’action  et le caractère propres à la tragédie occupent des places similaires au dessin et à la couleur en peinture. Nécessaire et vraisemblable, mimésis, catharsis de la pitié et de la crainte sont pour le public grec à l’origine d’émotions fondatrices inscrites...