Étiqueté : Chine

La calligraphie dans les pays sinisés : art de la main, art de l’esprit

Colloque international co-organisé par l’Université Paris-Sorbonne – Paris IV (Centre de recherche sur l’Extrême-Orient de Paris-Sorbonne) et l’Université d’Artois (Centre textes et cultures – études transculturelles). Organisateurs : Léon Vandermeersch, Antoine Gournay et Xiaohong Lucie Li. Lieux : mercredi 14 octobre à l’Université d’Artois (Maison de la recherche, 9 rue du Temple, Arras) ; jeudi 15 octobre à l’Université Paris-Sorbonne (INHA, Auditorium Colbert, 2 rue Vivienne, Paris). Véronique Journeau AlexandreMore Posts

Publication théâtre (mars 2015)

L’ouvrage de LO Shih-Lung, La Chine sur la scène française au XIXe siècle (216 pages), est paru aux Presses universitaires de Rennes en mars 2015. « La pensée qui dirige notre curiosité, lorsqu’une pièce de théâtre est soumise à notre étude, est-elle le désir de trouver une représentation de mœurs qui nous sont inconnues ou l’expression d’un art dramatique indépendant ? » Dans son ouvrage intitulé Le Théâtre des Chinois publié en 1886, le diplomate chinois Tcheng Ki-tong, auteur de cette citation, évoque un point de vue comparatiste sur les mœurs franco-chinoises par le biais du théâtre. Bien avant ce diplomate intelligent et éloquent, les dramaturges français...

Poétique de la musique chinoise

L’ouvrage de Véronique Alexandre Journeau est paru (avril 2015). « Dans la pensée chinoise, la musique est une partie du monde, sinon le monde lui-même en ses manifestations sonores. Œuvre humaine, elle constitue l’essence de la culture, au même titre que l’écriture ou la peinture, mais elle est avant cela l’expression de la nature, voire du 道 dao qui génère les êtres et leur confère leurs normes de fonctionnement cyclique » (préface de Rémi Mathieu). L’ouvrage est ainsi une approche par la voie musicale d’un univers qui s’avère être, à considérer les fondements esthétiques chinois, un véritable entrelacs des arts. Il est...

Mallarmé, Michaux et la Chine

1) Mallarmé et la Chine par Laurent Mattiussi (Groupe Marge de l’université Jean Moulin Lyon 3) / Présentation / Mallarmé n’a qu’une connaissance vague de la Chine. Pourtant, il témoigne dès ses premiers essais poétiques d’une vive fascination pour l’esthétique chinoise, dont son intuition très sûre lui fait pressentir les tendances fondamentales. Dans un poème de jeunesse, il s’assigne cette visée salutaire à ses yeux : « Imiter le Chinois au cœur limpide et fin ». Le peintre chinois que le jeune poète se donne alors pour modèle est la figure idéale de l’artiste, qui incarne tout le projet esthétique, présent et...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search